Retour haut de page

Feuilleton radiophonique : Lo viatge de Joana - Episode 4

Voir la notice détaillée
Afficher le sommaire

SOMMAIRE

IMG_1630.JPG

Le saviez-vous ?

Et toute la nuit j'ai vu courir des cauchemars à califourchon sur des mules : mes aïeux, communistes du côté de mon père et huguenots des Cévennes du côté de ma mère, étaient furieux. Le matin, mes cheveux étaient dressés sur ma tête : il me fallait réfléchir : comment faire pour ne rien laisser après mon dernier souffle. Je ne pouvais pas digérer la chose entendue chez Maître Bardot : après moi, l'église catholique et romaine allait tout avaler, les papistes !

Puis, il y eut la cérémonie au funérarium : le choix de l'urne, rouge et jaune. Les amis de Vincent qui n'étaient évidemment pas des jeunes ont chanté le « se canta » et leurs petits enfants ont chanté avec eux : le monde changeait, peut-être que les troubadours revenaient, hourra !

Je pense que tout ceci aurait fait plaisir à l'oncle.

Au moment de partir, quand les discours furent terminés, la vieille Julia voulut chanter (certains disent que quand elle était jeune, elle était amoureuse de Vincent) cette chanson cévenole que j'aimais tant :

Quand un jour tu sentiras que l'âge réveille

De plus en plus en toi des souffrances diverses

Las de bêcher ce sol ingrat comme un désert

A l'appel du repos tu tendras l'oreille

Le temps aboutira ton corps devenu trop vieux

Et par dessus ta tombe

Et dominant la plaine

La pointe d'un cyprès

Laissera voir le ciel

Le temps aboutira

Ton corps devenu trop vieux

Alors on t'enterrera dans la terre en friches

Toute fleurie d'immortelles

à deux pas de ton mas

 

Où l'on entend si fort

Souffler la tramontane

Alors on t'enterrera dans la terre en friches

L'astre qui nous réchauffe et nous ensoleille

Sera ton compagnon

L'été comme l'hiver.....

Nous l'avons laissée terminer la chanson seule et nous sommes partis.

Nous sommes allés tous ensemble avec l'urne et j'ai fait ce que m'avait demandé Vincent : j'ai éparpillé les cendres dans le ruisseau de la Vire. Je ne sais pas si j'avais le droit ! Les gens étaient surpris mais disaient : C'est lui qui l'a voulu. Il est parti tranquille, sans souffrir : aller se coucher le soir, et sans se réveiller le matin, dormir pour l'éternité....Cocagne !

Puis nous sommes rentrés à la maison où Mathilde nous attendait avec l'apéritif. Elle avait une jolie robe grise. Tout le monde m'a demandé qui était cette fille si jolie : j'ai continué d'affirmer que c'était ma filleule, la fille d'une amie d'école, Lucienne. Mathilde ne disait rien, elle faisait simplement des sourires à tout le monde.

J'avais décidé que j'aurais une discussion avec elle dans la soirée.

-« Et que vas-tu faire maintenant que tu as de l'argent, Jeanne : la charité, la vie, l'artiste ? Tu as une jolie voix ! Il te faudrait essayer d'aller au conservatoire de Montpellier. On ne sait jamais.... Il n'y a pas d'âge pour chanter et surtout pour se faire plaisir. » •

Celui qui me disait tout ça était René - mon amoureux! - dont, pécaire, la femme, Rosette était morte l'an passé et qui c'était sûr aurait bien aimé trouver une compagne de son âge, surtout avec un peu d'argent. Souvenir! souvenir : peut-être qu'il me plaisait quand j'étais jeune mais aujourd'hui...

 

Le cousin Paul et Denise, sa femme, étaient très contents de l'accord que nous avions conclu chez le notaire :

- « Merci Jeanne pour le loyer si bas : avec les problèmes de la viticulture peut-être qu'il me faudra tout arracher et faire un potager. Denise ira vendre sur le marché. » • «

Sûr que ça me plaira plus que de travailler au supermarché ! ».

« On essayera le bio, aujourd'hui il n'y a que ça qui marche, et encore plus pour le vin... Et toi, que vas-tu faire de ton temps, des terres et de la maison de Vincent ? Il t'a laissé de l'argent ? «

"Oui ! Je ne peux rien te dire de plus aujourd'hui. Mais je te promets que si un jour je vends les terres, c’est toi qui seras le premier informé."

« Merci pour tout ! »

À 8 heures tout le monde était parti : le dernier à s'en aller était René. Il vint me faire une bise, il avait bu un coup et me dit sur le pas de la porte :

« Si un jour tu en as assez d'être seule, ça me ferait plaisir de vivre avec toi. Tu sais bien que je t'aime depuis toujours ! » «

 

Tais-toi grand imbécile ! Une fois ça suffit : c'est ce que j'ai toujours fait dans ma vie ! Adieu ! »

Je fermai la porte sur ce pauvre René. Nous avons fait le ménage et avons mangé un morceau.

« Et maintenant Mathilde, il est temps de parler. Si vous voulez rester avec moi, je dois savoir d'où vous venez et tout ce que vous avez fait dans votre vie. »

« Je ne sais pas si je peux : j'ai peur... » « Vous n'avez pas le choix, sinon demain il me faudra vous demander de partir. »

« Non ! Je veux rester ici. Je me sens si heureuse avec vous. C'est comme si j'étais avec une mère, vous comprenez... »

Voir l'épisode 5

Appartient à :

Lo viatge de Joana - Liste des épisodes

Lo viatge de Joana - Liste des épisodes

Citer ce document

Clément, Anne (auteur, interprète), Benichou, Julien (compositeur), Alranq, Perrine (interprète), Gaspa, Marie (interprète), Hebrard, Alain (interprète), Vidal, Jean (interprète), Capron, Michel (interprète), Huang, Edda (interprète), Benichou, Daphné (interprète), Zinner, Lucas (interprète), Lo viatge de Joana [Enregistrement sonore] : Episode 4 / Clément, Anne, Occitanica - Mediatèca Enciclopedica Occitana / Médiathèque encyclopédique occitane
http://www.occitanica.eu/omeka/items/show/411

Contribuez

Tags autorisés : <p>, <a>, <em>, <strong>, <ul>, <ol>, <li>