Recèrca

sus 429
Filtrar
Filtres actifs
Portail : Mediatèca
Sauf
Type de Document : Texte electronique
Type de Document : Rapport officiel
Sujet : Poilus (Guerre mondiale, 1914-1918) -- Périodiques
Dialecte : Gascon
oci (3245)
fre (2224)
frd (59)
eng (31)
pro (26)
lat (22)
cat (18)
ita (15)
spa (4)
lan (3)
frm (2)
por (2)
baq (1)
Tipe : Revista / Data : 1877/1879

L'Armanac de la Lauseta, publié entre 1877 et 1879, se veut fédéraliste et pan-latin. Cet almanach républicain à tendance de gauche se positionne en alternative à la pensée du mouvement félibréen provençal.

La Lauseta est un almanach né sous l'impulsion de Louis-Xavier de Ricard, de sa femme Lydie Wilson de Ricard et d'Auguste Fourès. Ce dernier y a apporté de nombreuses contributions sous forme de poèmes, de contes et de chroniques notamment. Les textes de Lydie Wilson de Ricard y sont signés du pseudonyme Dulciorella ou Lidia Colonia.

Le premier numéro de La Lauseta a été publié en 1877, le second en 1878 et le troisième et dernier en 1879. La publication a pris fin rapidement suite à la mort en 1880 de Lydie Wilson de Ricard et à un voyage en Amérique Latine de Louis-Xavier de Ricard. 

Un ultime numéro est sorti en 1885 sous la direction d'Auguste Fourès uniquement.

Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Revista / Data : 1891/1932

Journal mensuel, publié à Avignon (empremarié di fraire Seguin), l'Aiòli défend la cause méridionale et le fédéralisme mais il se veut apolitique, provençal et non félibréen.

Frédéric Mistral en confie la rédaction à Folco de Baroncelli. Sa principale ligne éditoriale est la défense de la langue, de nombreux félibres écrivent dans l'Aiòli et l'illustration du bandeau est d'Eugène Burnand, illustrateur de Mirèio (éd. 1859).

L'Aiòli veut protéger l'identité culturelle du Midi face aux « franchimand » :

« L'aiòli dins soun essènci, councèntro la calour, la forço, l'alegrio dou soulèu de Prouvenço. Mai a tambèn uno vertu : es de coucha li mousco. Aquèli que l'amoun pas, aquèli que noste òli ié fai veni la cremesoun, d'aquéu biais, vendran pas nous tartifleja à l'entour. Restaren en famiho. »

Après la mort de Mistral et après une interruption de 30 ans (entre 1899 et 1929) une nouvelle série du journal voit le jour en septembre 1930 mais s'arrête en 1932.

Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Revista / Data : 1928-1939 ; 1942-1955
Organe de la Maintenance d'Auvergne et des sociétés auvergnates de Paris, L'Alauza d'Auvernha, journal mensuel puis bimestriel, est publié de 1928 à 1955 sous la direction d'Henri Gilbert (1874-1955). En octobre 1934 il devient "Organe de la Fédération régionaliste auvergnate et vellave". La publication, interrompue par la guerre en juillet 1939,  reprend de 1942 à 1955. Le journal donne, dans chacun de ses numéros, des études locales et des oeuvres littéraires, en français et en auvergnat.

Histoire éditoriale

A partir de janvier 1939 le journal paraît en deux éditions : L'Alauza d'Auvernha pour la Haute-Loire, le Puy-de-Dôme,  le Cantal et Reviscol pour la Haute-Guyenne, le Rouergue, l'Albigeois, le Quercy. C'est la question de la graphie qui est à l'origine cette scission. L'Alauza d'Auvernha emploie une graphie qualifiée de "rationnelle" proche de celle de l'Escòla Occitana, Reviscol, sous la direction de Pierre Miremont, opte pour la graphie mistralienne.
Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Revista / Data : 1925-1927
Revista del « Groupe Occitan », amassada d'escrivans e de militants regionalistas de las províncias meridionalas « Les Feuillets occitans » pareguèron en doas serias : de julh de 1925 a decembre de 1926 (8 fasciculs) puèi de març a decembre de 1927 (5 fasciculs).
Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Revista / Data : 1855-1973
C'est en novembre 1854, quelques mois seulement après la création du Félibrige que paraît le premier Armana prouvençau (1855). Entièrement rédigé en provençal, cet almanach est un outil didactique qui va permettre au Félibrige de s'adresser directement au peuple et plus particulièrement au peuple des campagnes. Il est, selon la formule de Mistral "bèn-vengu di païsan, gousta pèr li patrioto, estima pèr li letru, recerca pèr li artisto/bienvenu des paysans, goûté par les patriotes, estimé par les lettrés, recherché par les artistes" (Memòri e raconte, chap. XIII).
Chaque fascicule énonce les prochaines manifestations, les fêtes, mais aussi et surtout contient l'histoire de la Provence, afin d'instruire tous les provençaux de leur passé et de les initier à la littérature provençale. Les textes sont courts, la prose y occupe une large place ainsi que les textes humoristiques. Les articles sont souvent signés de pseudonymes (escais) et certains sont des pseudonymes collectifs comme le « Felibre Calu » et le « Cascarelet ».
Les textes écrits par Frédéric Mistral dans l'Armana prouvençau ont été regroupés et publiés en trois volumes, avec une traduction française de Pierre Devoluy, de 1926 à 1930,  Proso d'armana, Nouvello proso d'armana et Darriero proso d'armana.

>> Accéder aux numéros numérisés sur Gallica
Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Revista / Data : 1890-1913

Consultez les numéros numérisés sur Gallica (BnF) en cliquant sur ce lien.

Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Revista / Data : 1892-1902
Supplément du journal La Campana de Magalouna paraissant à Noël qui contient des contes, illustrations, chansons et partitions dédiés à Noël.

Consultez les numéros disponibles sur le site Mémonum (Bibliothèque numérique patrimoniale Montpellier Méditerranée Métropole) en cliquant sur ce lien.
Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Revista / Data : 1889-1905 ; 1910-1912 ; 1914
Lou Viro-Soulèu est le journal de la Société des félibres de Paris, il a été publié de 1889 à 1905 puis de 1910 à 1912 puis en avril 1914. Mensuel au début de sa parution, il devient irrégulier. La publication contient des textes littéraires, une chronique intitulée Viro-souleiado et les comptes-rendus des Jeux Floraux et des diverses fêtes félibréennes et cigalières. Le journal publie chaque année l'annuaire des membres du félibrige parisien.
Son contenu est bilingue avec une prédominance de l'occitan de 1889 à 1893 tant que Charles Maurras puis par Baptiste Bonnet en assurent la direction. Le français devient majoritaire à partir de 1894 dès que Louis Roux-Servine devient le rédacteur en chef.
Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Revista / Data : 1919-

Lo Gai Saber es l'organ de l'Escòla Occitana, escòla felibrenca fondada lo 6 de julhet de 1919, presidida per lo Baron Marie-Louis Desazars de Montgailhard‎ (1837-1927). A son entorn Prosper Estieu, Joseph Anglade, Antonin Perbosc, Jean Rozès de Brousse e Armand Praviel constituïsson lo primièr comitat de redaccion. La revista pòrta en epigraf sus la cobèrta lo famós emistiqui de Frederic Mistral « Dis Aups i Pirenèu... ».

En delà de son ròtle de revista literària e d'informacion sus l'accion occitana, Lo Gai Saber es davant tot una aisina pedagogica que va servir a promòure la novèla grafia mesa al punt per Prosper Estieu e Antonin Perbosc que pòrta pas encara lo nom de grafia classica. Lo primièr numèro pareis en setembre de 1919 e comença, aprèp la publicacion dels estatuts de l'Escòla Occitana, per las « Règles générales de graphie et de phonétique occitanes » e anóncia que « serà redigida en lenga d'Oc espurada » (en francés dins lo tèxt).

Fins a 1985 la revista serà estampada a Castèlnòu d'Arri per La Societat d'Edicion Occitana, estampariá apartenent a Marcel puèi Robert Estieu, filh e felen de Prosper Estieu.

Publicada de contunh fins ara, Lo Gai Saber figura demèst las revistas del domeni occitan qu'aguèron la longevitat màger.

Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Revista / Data : 1928-1951 ; 1956
La Rampelada del Colètge d'Occitania est un petit fascicule distribué comme supplément à la revue de l'Escòla Occitana Lo Gai Saber à partir de décembre 1928. Le Collège d'Occitanie, créé en 1927, sera le premier organisme à dispenser des cours d'occitan, sur place et par correspondance, par le biais d'un réseau militant de plus en plus important. La Rampelada servira de support de cours pour les « escolans » extérieurs. L'abbé Joseph Salvat en assurera la direction de 1928 à 1956 et y publiera, sous forme de leçons, sa Grammaire occitane qui sera par la suite éditée chez Privat en 1943.

Les trois premiers numéros sont dactylographiés et ronéotypés, le bulletin est imprimé à partir du numéro 4 (nov.-déc. 1929). A la suite des leçons de grammaire, La Rampelada publie les meilleurs devoirs de ses « escolans » ainsi que les textes primés aux Jeux Floraux et concours scolaires organisés par le Collège d'Occitanie.

A partir du n°59 (1941) le titre devient La Rampelada del Colège d'Occitania.
Mise en ligne : 17/01/2020
sus 429