Recèrca

Filtrar
Filtres actifs
Auteur : CIRDÒC-Mediatèca occitana
Sujet : Félibrige
Sauf
Type de Document : Texte electronique
Sujet : Littérature occitane -- France -- Provence (France) -- 19e siècle
Type de Document : Colloque
fre (10)
Tipe : Fons documentari

Istòria del fons

La Société pour l'étude des langues romanes (Societat per l'estudi de las lengas romanas) es fondada en 1869 a Montpelhièr a l'entorn dels romanistas Charles de Tourtoulon, Francesc Camboliu, Anatole Boucherie, Achille Montel e Paul Glaize. Son rejonches tre lo primièr conselh d'administracion per d’autras especialistas coma Charles Revillout o Octavien Bringuier. Per la seguida, d’autres noms prestigioses los rejonheràn amb primièr Alphonse Roque-Ferrier, que vendrà lo secretari e principal animator de la Societé e de sa revista fins a la debuta del sègle XX, puèi Camille Chabaneau, o encara Achille Luchaire. En 1870, la joina Societé crèa una revista sabenta, la Revue des langues romanes, que pareis per lo primièr còp en 1871.

La Société recampa de cercaires, ensenhants, archivistas, bibliotecaris e erudits que perseguisson d'òbras de recèrca en filologia romana (estudi de lenga e literatura anciana de literaturas romanas), e en particulièr d’estudis occitanas. Mas la Societé s'inscriu tanben dins una quista de reconeissença de la lenga d'òc coma granda lenga de produccion literària als costats de las autras lengas latinas. Aquela quista rejonh las tòcas e las intencions del Felibritge que los fondators de la Societé n'èran totes membres.
La Société pour l'étude des langues romanes deven lèu lo principal centre d’estudi e d’edicion de la recèrca en domeni occitan e roman en defòra de París, e per sas publicacions, serà un contrapunt a las posicions filologicas dominantas dins la França de la joina IIIe République (tresena Republica) de l’aprèp-desfacha de 1870. En plen contèxte de nacionalisme exacerbat de l’après desfacha de Sedan, l’Universitat parisenca, darrièr Gaston Paris, fòrta de sas cadièras de professor a l'École des Chartes (Escòla de las Cartas), al Collège de France (Collègi de França) e a l'École pratique des hautes études (Escòla practica dels nauts estudis), entreten una ideologia centralista e unitària dins l’estudi de las questions linguisticas en França. Las posicions de Paris van fins a negar l’existéncia de lengas « vertadièras » sus lo territòri nacional autres que lo francés oficial en propausant una carta linguistica formada d’una infinitat de variacions linguisticas localas a la periferia del francés oficial.
Fàcia a aquela vision, la Société e sa revista van tornar a las sorsas e editar quantitat de tèxtes literàrias, scientifica, administratius en occitan ancian mas tanben valorizar la literatura occitana contemporanèa en publicant los tèxtes des grands autors occitans contemporanèus. Dins lo darrièr tèrç del sègle XIX e la debuta del sègle XX, la Société d’études des langues romanes foguèt doncas un organ particularament important de çò que foguèt nomenat lo movement de Renaissença d’òc, perqué obrava a l'encòp per una decentralizacion scientifica, la reconeissença de la lenga occitana e de la valor de son patrimòni literari e escrich.

Lo fons de manuscrits conservat a la Bibliothèque universitaire Ramon Llull de l’Université Paul-Valéry de Montpellier documenta lo primièr periòde d’activitat particularament ric de la Société, entre 1869 e 1900. Aquel periòde es marcat per un desvolopament dels estudis romans - e doncas occitanas - dins las universitats del Miègjorn de la França amb la creacion de cadièras a las qualas son nomenadas de personalitats que contribuisson a la vida sabenta de la Société montpelhierenca : Charles Joret a las Ais, Léon Clédat a Lion, Achille Luchaire a Bordèu, Anatole Boucherie e Camille Chabaneau a Montpelhièr.

En 1878, la Société participèt en collaboracion amb lo Felibritge a l’organizacion de las Fêtes Latines (Fèstas Latinas) a Montpelhièr. Aquelas fèstas apèlan alara a bastir una confederacion latina europenca (basada sus l’ententa catalane, italiana, romanesa e occitana) en fin de propausar una responsa  a las esitacions politicas del felibritge tiralhat entre de tendéncias autonomistas e los apèls del nacionalisme francés. En defòra del camp politic, aquelas fèstas veson l’organizacion d’un important concors literari lo Chant du Latin (Cant del Latin), que visa l’exaltacion aquel sentiment de fraternitat romana. Los tèxtes mandats per aquel concors compausan tanben lo fons de la Société.

La Revue des Langues romanes, existís encara uèi e es editada per l'Universitat Paul-Valéry de Montpelhièr.

Descripcion del fons

Lo fons de manuscrits de la Société des langues romanes de la Bibliothèque universitaire Ramon Llull de l’Université Paul-Valéry es compausat de 87 manuscrits, recampats en 48 volums. Propausan de poesias e de faulas en lengas d'òc e catalanas del sègle XIX e d'estudis linguistics sus d'unes parlars occitans.
Aqueles manuscrits pòdon èsser regropats en quatre categorias :
- mandadisses per lo concors triennal de la revista
- mandadisses per lo concors del Chant du Latin de 1878
- mandadisses per publicacion dins la Revue des Langues romanes
- mandadisses literaris e scientifics d'origina indeterminats

La màger part d'aqueles manuscrits son estats depausats al cors del sègle XX per la Société des Langues romanes a la Bibliothèque Universitaire Historique de Médecine. Son estats transferits a la Bibliothèque de Lettres et Sciences humaines (devengut apuèi Bibliothèque universitaire Ramon Llull) en 1980.

Lengas representadas dins lo fons : occitan (lengadocian, provençal), catalan, francés, latin

Importància materiala : 87 documents, recampats en 48 volums (una quòta per volum)

Supòrts representats : Manuscrits, tapuscrits

Acreissement : Fons courant - Réserve

Modalitats d’entrada : Aquel fons es estat depausat en 1895 per la Société des Langues Romanes a la Bibliothèque de Médecine de Montpelhièr, puèi transferit a la Bibliothèque de Lettres et Sciences humaines en 1980

Per lo consultar

Identificant del fons (quòtas extrèmas) : H 625 - H 676

Instruments de recèrca  : Aqueles manuscrits son senhalats dins Calames, lo catalòg en linha dels archius e dels manuscrits de l’ensenhament superior.

Son tanben estats numerizats en 2013 per le CIRDOC, Centre interrégional de développement de l'occitan e son disponibles a la consultacion sus lo portal collectiu de la lenga e la cultura occitanas Occitanica.

Condicions de consultacion

Hraris de consultacion : Del diluns al divendres de 9h a 19h

Accès als manuscrits sus justificacion d’una recèrca. Los documents originals son pas comunicats qu’aprèp aver agotadas las possibilitats dels supòrts de substitucion disponiblas. Una pèça d'identitat es demandada per la comunicacion dels manuscrits e dels archius.

Condicions de reproduccion

Los documents pòdon èsser fotografiats per un usatge privat mas, per de problematicas de conservacion, las fotocòpias son pas autorizadas. Se devètz difusar aquelas reproduccions dins lo quadre d'un trabalh universitari o d'una publicacion, voldretz contactar per abans la responsabla del fons.

Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Òbra

Journal créé au cours de la Première guerre mondiale, publié à Aix par Marcel Provence (1892-1951) entre juin 1915 et mai 1916 (parution de 4 numéros), Lo Delubre : Santo Ventùri doit son titre à un monument emblématique de l’histoire de la Provence. Lou Delubre est en effet un monument dressé par le général Marius (157-86 av. J.C.) au pied de la Montagne Sainte-Victoire à la mémoire des soldats romains ayant vaincus les barbares germains.

Note de contenu


Le bulletin se veut un lien entre les félibres du front et ceux restés à l’arrière. Chaque numéro débute par la liste des félibres “morts pour la patrie”, suivie d’une lettre du capoulié (ou d’un membre important du félibrige) en soutien à la cause félibréenne sur le front. Il est complété par les actualités liées au félibrige, et parfois par des discutions et débats autour de celui-ci.
Le journal bien que relatant principalement l'événementiel n’en demeure pas moins patriotique et n’oublie jamais de saluer et soutenir la “Grande Patrie”.

Exemplaires conservés

  • CIRDÒC (Béziers)
    Cote : AG
    État des collections : n.1, 1915 -n.4, 1916
  • BnF (Paris)
    Cote : FOL- LC6- 641
    État des collections : n°1,1915-n°4, 1916
  • Bibliothèque Centrale de Toulon
    Cote : 30182
    État des collections : n°1,1915-n°4, 1916
  • Bibliothèque d’Études et du Patrimoine (Toulouse)
    Cote : P4137
    État des collections : n°1,1915-n°4, 1916
  • Bibliothèque de l’Alcazar (Marseille)
    État des collections : n°1, 1915-n°4, 1916
  • Médiathèque Emile-Zola (Montpellier)
    État des collections : n°1, juin 1915-n°2, novembre 1915
Mise en ligne : 16/01/2020
Tipe : Fons documentari

Histoire du fonds

Paul Pons d'après une photographie publiée dans <i>Prouvenço d'aro</i>, n°28, 1989

Paul Pons (1910-2003) est né à Digne d’un père catalan-mayorquain et d’une mère gavote le 8 juillet 1910. Après des études au Lycée Gassendi de Digne et à la faculté des Lettres d’Aix, il obtient sa licence en histoire-géographie. Il entre dans l’enseignement en 1929 comme maître d’internat au collège de Cannes, puis à Manosque et enfin à Aix-en-Provence où il retrouve René Jouveau. De 1929 à 1931, il assure la publication mensuelle du journal Lou Gavouot.

D’abord mobilisé en 1939 dans les Alpes, il est rapidement démobilisé suite à la défaite française et rentre enseigner à Valence, puis à Briançon, la Flèche et finalement à Gap. Enseignant en histoire-géographie et en provençal, il milite au début des années 1950 en faveur de la loi Deixonne qui permet l’enseignement des langues régionales.

En 1956, il organise la sainte Estelle de Gap où il est élu majoral du félibrige et en 1961 il participe aux premières rencontres Provence-Piemont à Santo-Lucio de Coumboscuro.
Membre du bureau du Prouvençau à l’Escolo et co-fondateur de l’Unioun Prouvençalo, il en devient président. Il intègre ensuite la Société d’Études des Hautes-Alpes et y publie plusieurs études d’histoire régionale. Bien que retraité en 1970, il continue de préparer les élèves du lycée de Gap aux épreuves de provençal au baccalauréat. Il devient Capoulié du félibrige en 1989 et occupe cette place jusqu’en 1992. Il décède à Gap en 2003.

Description du fonds

Le fonds Paul Pons se compose d’un ensemble hétérogène de notes de lectures, brouillons, tirés-à-part, documentation et correspondance. Il se rapporte à des études extérieures aux Hautes-Alpes (notamment Italie et Provence), d’histoire locale (géographie, histoire) et au régionalisme.
Il contient également des dossiers relatifs au félibrige ainsi que la correspondance reçues par Paul Pons.

- Accroissement

clos

- Dates extrêmes

1929-2002

- Langues représentées dans le fonds

Occitan (languedocien, provençal, vivaro-alpin), français, catalan

- Supports représentés :

Monographies imprimées, manuscrits, périodiques, documents iconographiques

Pour le consulter

- Identifiant du fonds

96 J 1 à 114

- Instruments de recherche disponibles

inventaire imprimé

Mise en ligne : 10/02/2020
Mise en ligne : 11/02/2020
Tipe : Fons documentari

Histoire du fonds

Césaire Daugé (1858-1945) est un prêtre landais qui, en parallèle de ses activités ecclésiastiques, a produit une importante oeuvre littéraire en gascon comme en français.

Membre de L’escòla Gaston Febus et de la Société de Borda (dont il fut président de 1921 à 1945) il écrit des textes littéraires (théâtre, poésie et prose) mais aussi de nombreux articles touchant à l’histoire, la culture populaire, la littérature, la philologie. Il contribue ainsi régulièrement à plusieurs revues : Reclams de Biarn e de Gascougne, La Votz de la Tèrra ou encore le Bulletin de la Société de Borda. Dès 1896 il participe au mouvement félibréen, et sera nommé majoral du Félibrige en 1926

 

Modalités d'entrée :

 Dépôt

Accroissement :

Fonds clos

Fonds complémentaire :

D’autres sources primaires concernant l’auteur sont présentes dans les fonds de la Société du Borda, de la médiathèque de Pau ou encore de l’Académie nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux.

Description du fonds

Le fonds Césaire Daugé est une importante source de connaissance de la vie mais aussi l’œuvre de l’auteur gascon. Outre des documents ayant trait à sa vie personnelle, de nombreux éléments sont en lien avec son œuvre littéraire : livres, manuscrits de textes publiés par l’auteur, documents préparatoires ainsi que documentation sur les sujets littéraires et historiques étudiés par Césaire Daugé.

Plan de classement du fonds :

I - 3 F 1 à 176 - Dossiers topographiques

3 F 1 à 173 : Papiers sur l’évêché d’Aire de 1699 à 1914. Administration ; enseignement ; rétablissement du culte (an X) ; dîme ; retraite ecclésiastique ; pèlerinage. Notes historiques de Aire à Ygos (familles, fabriques, etc.)
3 F 174 : Département des Basses-Pyrénées ; Bayonne ; l’évêché et les paroisses des Landes (An XIII-1823).
3 F 175 : Département des Basses-Pyrénées. Notes historiques et familles diverses : communes d’Arzac, Bilhères, Diusse, Lanux, chapitre de Saint-Esprit (1633-XXe siècle).
3 F 176 : Département du Gers. Communes de Aurensan, Barcelone, Bernède, Maumusson, Moncla, Mongaillard, Montguilhem, Saint-Germé, Saint-Mont, Vergoignan (1519-XIXe siècle).

II - 3 F 177 à 232 – Dossiers de familles

Procédures. Livres de raison. Cessions de biens. Généalogie. Notices nécrologiques. Correspondance de famille et d’intérêts. Titres de famille et de propriété. Comptes et correspondance.

III - 3 F 233 à 253 – Dossiers documentaires

3 F 233 : Parlement de Bordeaux. Fragments d’un recueil d’arrêts (XVIIIe siècle).
3 F 233 : Parlement de Bordeaux. Fragments d’un recueil d’arrêts (XVIIIe siècle).
3 F 234 : Etats Généraux. Sénéchaussée de Lannes (1649).
3 F 235 : Réunion à la Généralité de Bordeaux, du Marsan, Tursan, Gabardan, Lannes, Bayonne et Labourt (1775).
3 F 236 : Evêché d’Aire (XVIe-XIXe s.). Procès-verbal de l’état des églises et bénéfices en 1572 (copie et notice historique).
3 F 237 : Jansénisme. Lettres doctrinales imprimées (1753).
3 F 238 : Révolution, actes des pouvoirs centraux et locaux (répertoire alphabétique de lois). Jugements de la Commission de Montadour (copies). Affaires religieuses : séquestre, suppression de la dîme, lettre pastorale de l’évêque de Santander pour protéger les ecclésiastiques français émigrés, pamphlet contre-révolutionnaire, manuscrit intitulé « Les Principes du chrétien persécuté ». (1789-an VII)
3 F 239 : Elections, affaires politiques (affiches, propagande, journaux). Franc-maçonnerie. (XIXe-XXe).
3 F 240 : Fêtes et cérémonies (1828-XXe).
3 F 241 : Hygiène, santé ; épidémie ; médecine (1829-1858).
3 F 242 : Agriculture. Forêts, dunes, moulins. (An XI-1813).
3 F 243 : Poids et mesures, tableau d’équivalence (1807).
3 F 244 : Armée, guerre (1814-1850).
3 F 245 : Ecole centrale des Landes, distribution des prix (1800).
3 F 246 à 250 : Justice. Parquet du tribunal de Mont-de-Marsan, correspondance générale (XIXe). Notes du personnel judiciaire (1820-1825). Registre des affaires criminelles et correctionnelles (1816-1821). Comptes rendus de l’administration de la justice criminelle (1825-1829). Tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan (an VII-an XI).
3 F 251 : Cultes. Séparation de l’Eglise et de l’Etat. Associations. Pèlerinages. Affaires diverses (XXe).
3 F 252 : Mutualité scolaire, statuts, règlement, notice (XXe).
3 F 253 : Prison de Mont-de-Marsan, règlement, personnel, détenus, mobilier (1829-1851).

IV - 3 F 254-263 - Œuvres historiques, religieuses et littéraires de Césaire Daugé.

3 F 254 : Copies et analyses de textes prises aux Archives nationales, départementales et communales, ainsi que chez les notaires.
3 F 255 : Notes et notices sur des sujets divers : armorial, métayage, le mariage et la famille en Gascogne, la tombe discoïdale en Gascogne.
3 F 256 : Œuvres littéraires et félibréennes.
3 F 257 : Conférence sur la Gascogne chrétienne.
3 F 258 : Œuvres religieuses, sermons et cantiques, conférences ecclésiastiques par l’abbé Daugé et les autres curés de son doyenné.
3 F 259 : Notes éparses sur des sujets historiques.
3 F 260 : [Cote vacante]
3 F 261 : Papiers de Léon Sorbets (1827-1889), médecin et archéologue d’Aire-sur-Adour.
3 F 262 : Œuvres littéraires diverses, comédies, poésies et chansons de piété…
3 F 263 : Plans, cartes, dessins, photographies, gravures.

V - 3 F 264-301 - Minutes de notaires

Etudes classées par ordre alphabétique de communes.

VI - 3 F 492- 533 - Documents entrés à partir de 1993

Documents personnels, correspondances, publications diverses et surtout, travaux félibréens de 3F501 à 3F513.

Dates extrêmes :

 1858-1945

Langues représentées dans le fonds :

 Latin ; français ; occitan (gascon)

Importance matérielle :

 

Supports représentés :

 - Manuscrits/Tapuscrits

 - Monographies Imprimées

 - Périodiques (presse et revues)

 - Documents iconographiques

Pour le consulter

Identifiant du fonds :

3F1 - 3F533

Instruments de recherche disponibles :

 

Conditions d'utilisation

Conditions de consultation :

Voir les conditions de consultation sur le site des Archives départementales des Landes

Conditions de reproduction :

 

Mise en ligne : 11/02/2020
Tipe : Fons documentari

Histoire du fonds

Paul Albarel (1873-1929) est né à Saint-André-de-Roquelongue près de Narbonne le 12 décembre 1873 d’un père charron. Après des études au Petit Séminaire de Narbonne, puis à la faculté de médecine de Montpellier, il devient médecin à l'âge de 22 ans. Il commence sa carrière dans son village natal, puis il exerce à Névian (Aude) et à Narbonne.

Dans le même temps, il commence à publier des poèmes, pièces et autres farces en langue occitane dans la revue Terre d’Oc. En 1911, il fonde avec deux amis de la revue artistique et littéraire La Cigale narbonnaise. Mobilisé pendant la première guerre mondiale, il part sur le front d’Orient, à Salonique, comme médecin-major.

En 1918, il devient majoral du félibrige et participe aux activités de nombreuses sociétés savantes. Il meurt à Montpellier en 1929.

Modalités d'entrée :

Don en 1988 et en 2014 à la Bibliothèque municipale de Narbonne par un descendant de Paul Albarel.

Accroissement :

Fonds ouvert

Fonds complémentaire :

 

Description du fonds

Le fonds Paul Albarel comprend divers écrits et livres, ouvrages lui ayant appartenu, revues littéraires occitanes, comme lo Gai Saber, la Cigalo Lengadouciano ou Lou Felibrige ainsi que plusieurs exemplaires de ses propres œuvres ou autres articles publiés dans les bulletins des sociétés savantes.
Il contient également l’ensemble de sa correspondance au sein du Félibrige ou avec ses amis écrivains, complétée de multiples cahiers regroupant ses notes d’écriture, ses brouillons, ses poèmes et pièces de théâtre.

En 2014, ce fonds initial s’est complété par un second don rassemblant un important ensemble de documents issus de la Première guerre mondiale, pendant laquelle le médecin Albarel avait exercé en Grèce pendant l’expédition de Thessalonique. De son expérience, Paul Albarel ramène un journal de bord détaillé où il décrit chaque journée passée au front ou à l’hôpital, ses temps de repos pendant lesquels il visite la ville. Son journal est accompagné d’une importante collection de cartes postales qu’il envoyait très régulièrement à sa famille et de photographies de la région de Salonique.

Dates extrêmes :

1795 - 1937

Langues représentées dans le fonds :

Occitan (languedocien)

Occitan (provençal)

français

Importance matérielle :

Environ 20 cartons et chemises

Supports représentés :

Manuscrits/Tapuscrits

Monographies imprimées

Périodiques (presse et revues)

Pour le consulter

Identifiant du fonds :

132 J

Instruments de recherche disponibles :

Catalogue informatisé en ligne

Voir la fiche descriptive du CCFr

Ressources en ligne

 

Conditions d'utilisation

Conditions de consultation :

Fonds consultable sur place, après dépôt d'une pièce d'identité et justification de la demande.

Conditions de reproduction :

Reproduction non autorisée.

Mise en ligne : 11/02/2020
Tipe : Fons documentari

Histoire du fonds

Ce Fonds de livres imprimés occitans de l'époque moderne et contemporaine a été constitué par Louis Baquerisse (1874-1939), inspecteur des Douanes à Bordeaux, à partir de la bibliothèque gasconne et languedocienne de l'érudit bordelais Ernest Labadie (1847-1917), dispersée en 1918. La Bibliothèque de Louis Baquerisse a été acquise en 1965 par le Musée Pyrénéen de Lourdes.
Ernest Labadie, qui avait publié le catalogue de sa « Collection de plus de cinq cents ouvrages en patois gascon et languedocien » (Bordeaux : Imprimerie Y. Cadoret, 1916), avait pour projet de constituer une bibliothèque complète sur le livre occitan gascon et languedocien, regrettant l'absence de collections significatives dans les bibliothèques et chez les bibliophiles.  
 

Modalités d'entrée :

Acquis en avril 1965 par le Musée Pyrénéen.

Accroissement :

Fonds clos

Description du fonds

Selon Jean Robert, conservateur du Musée Pyrénéen de 1965 à 1985, qui en dressa le catalogue en 1973, le Fonds Louis Baquerisse « semble réunir à peu près tout ce qui a été rédigé en patois, de la Renaissance à 1854 (date de la fondation du Félibrige) d'une part, et d'autre part, les œuvres imprimées de félibres de 1854 à 1938 environ », ces-dernières ayant été acquises par E. Labadie et L. Baquerisse de façon moins exhaustive. 
Reflet de l'intérêt dialectologique dans lequel la collection a été constituée à son origine, le fonds Baquerisse a souvent été décrit selon un classement géolinguistique reprenant les principales aires des « parlers occitans » dans leurs variantes gasconnes et languedociennes (Agenais, Armagnac, Béarn, Bigorre, Comminges, etc.) À noter que le fonds contient également un ensemble de titres en occitan limousin.
Mais le fonds Baquerisse représente avant tout un des plus riches fonds de littérature d'expression occitane de l'époque moderne (XVIe-début XIXe siècle) conservant des exemplaires rares, voire uniques, comme Lou Béray e naturau gascoun en las quouate sasous de l'an (Toulouse : chez Pierre d'Estey, 1636) de Jean-Géraud Dastros, texte connu par ce seul exemplaire ou encore un important ensemble d'impressions bordelaises avec notamment une vingtaine d'éditions de comédies et poésies d'Antoine Verdié (1779-1820), dit Meste Verdié.
Le fonds Baquerisse contient également quelques ouvrages en catalan, basque et poitevin-saintongeais et un corpus d'études de linguistique romane.  

Dates extrêmes :

XVIe (1581) - XXe (1942)

Langues représentées dans le fonds :

Occitan (languedocien, gascon, provençal, auvergnat, limousin, vivaro-alpin)

Français

Catalan

Basque

Poitevin-Saintongeais

Importance matérielle :

765 volumes

Supports représentés :

Monographies imprimées

Périodiques (presse et revues)

Pour le consulter

Identifiant du fonds :

B 001 - B 756

Instruments de recherche disponibles :

Catalogue imprimé (voir bibliographie ci-dessous) ; notices versées dans le Catalogue collectif de France (base Patrimoine).
Voir la description du fonds et consulter les 776 notices disponibles dans le CCFR.

Conditions d'utilisation

Conditions de consultation :

Consultation sur rendez-vous

Conditions de reproduction :

Photographies de travail autorisées dans le cadre d’une recherche ; si diffusion à but lucratif, demande d’autorisation à adresser au Maire de Lourdes ; pas de photocopies ouvrages fragiles.

Mise en ligne : 11/02/2020
Tipe : Fons documentari

Histoire du fonds

Albin Mazon (Largentière 1828 - Privas 1908), historien du Vivarais, directeur du télégraphe à l'agence Havas à Paris est l'auteur de nombreux ouvrages dont des récits de voyages en Ardèche publiés sous le pseudonyme de Docteur Francus.

Modalités d'entrée :

Don

Accroissement :

Fonds clos

Fonds complémentaire :

 

Description du fonds

Les registres de l'Encyclopédie de l’Ardèche forment une partie du fonds Mazon, Ils se composent de notes, lettres, coupures de presse, documents originaux collectés par l'auteur au cours de ses recherches et classés alphabétiquement par localité, personnage ou sujet. Pour Albin Mazon, ce recueil de notes devait servir à un dictionnaire "historique, géographique, biographique, bibliographique, industriel et commercial" de l'Ardèche qui n'a jamais vu le jour.

Dates extrêmes :

XIIIe – XIXe

Langues représentées dans le fonds :

Français

Occitan (vivaro-alpin)

Importance matérielle :

24 pages

Supports représentés :

Manuscrits/Tapuscrits

Pour le consulter

Identifiant du fonds :

52 J 38

Instruments de recherche disponibles :

Répertoire numérique détaillé de la sous-série 52 J sur place

Ressources en ligne

Entrée patois de l'encyclopédie

Conditions d'utilisation

Conditions de consultation :

 

Conditions de reproduction :

Reproduction soumise à autorisation.

Mise en ligne : 11/02/2020
Tipe : Fons documentari

Histoire du fonds

Prosper Estieu (1860-1939) est un instituteur, félibre et poète originaire du lauragais. Il se dédie pleinement à la promotion et l'étude de la langue d'oc après l'enterrement de son ami, l'écrivain occitan Auguste Fourès en septembre 1891.

Prosper Estieu devant sa presse d'imprimerie d'où sortent les numéros de la revue <i> Mont-Segur</i>. Archives départementales de l'Aude, fonds Prosper Estieu, cote 120J19

Il est à l'origine, avec Antonin Perbsoc, rencontré lors de cet enterrement, de la réforme graphique adoptée aujourd'hui pour l'écriture de l'occitan. Il développe cette graphie dans la revue Mont-Ségur qu'il créé toujours en compagnie d'Antonin Perbosc et qu'il imprime d'ailleurs depuis son propre domicile.
En 1927, il crée le Collège d'Occitanie qui donnera des cours de langue et cultures occitanes a des milliers d'escolans, participant à une plus large adoption de sa graphie.

Modalités d'entrée :

Don en 2009 aux Archives départementales de l'Aude par Daniel Estieu.

Accroissement :

Fonds clos

Fonds complémentaire :

Les archives du Collège d'Occitanie comprennent un fonds Prosper Estieu : voir leur fiche de présentation en ligne

Description du fonds

Le fonds conservé par les archives départementales de l'Aude illustre deux des époques majeures du parcours occitan de Prosper Estieu, celle reliée à la revue Mont-Segur et celle reliée au Collège d'Occitanie. La plus grande partie des documents présent au sein de ce fonds concerne donc soit la revue Mont-Ségur (voir les sections Photographies, cote 120 J 17 à 120 J 22 et Périodiques, cote 120 J 39 et 120 J 40), soit ses productions liées au Collège d'Occitanie (voir partie Activité littéraire, cote 120 J 5 à 120 J 16).
Sa bibliographie complète est également présente au sein de ce fonds (section Ouvrages imprimés, cote 120 J 23 à 120 J 38).

Dates extrêmes :

1874 - 1942

Langues représentées dans le fonds :

Occitan (languedocien)

Français

Importance matérielle :

0.3 m.l.

Supports représentés :

Manuscrits/Tapuscrits

Monographies imprimées

Périodiques (presse et revues)

Documents iconographiques

Pour le consulter

Identifiant du fonds :

120 J

Instruments de recherche disponibles :

Répertoire numérique dactylographié de la sous-série 120 J "Fonds Prosper Estieu" par Jean Blanc et Sylvie Caucanas, 2009.

Ressources en ligne :

En ligne sur audealaculture.fr, consulter l'Inventaire du fonds Prosper Estieu

Conditions d'utilisation

Conditions de consultation :

Consultation libre sauf documents fragiles ou en mauvais état

Conditions de reproduction :

Reproduction libre sauf documents fragiles ou en mauvais état

Mise en ligne : 11/02/2020
Tipe : Fons documentari

Histoire du fonds

Léon Nelli (1864-1934), architecte et érudit est le père de l'écrivain René Nelli. Bibliophile et amateur d'art, il a rassemblé une bibliothèque comprenant une série de livres rares sur la langue d'oc et l'histoire régionale.

Modalités d'entrée :

Acheté en 2003

Accroissement :

Fonds clos

Fonds complémentaire :

Fonds René Nelli aux archives départementales de l'Hérault

Description du fonds

Le fonds est constitué de documents provenants du félibre Gaston Jourdanne (1858-1905) ainsi que de Hippolyte Méja (18ème-19ème siècles) et Achille Mir (1822-1901). Ces documents ont été rachetés ou récupérés par Léon Nelli chez divers bouquinistes.

Dates extrêmes :

1749-1905

Langues représentées dans le fonds :

Occitan (languedocien)

Français

Importance matérielle :

1 mètre linéaire

Supports représentés :

Manuscrits/Tapuscrits

Monographies imprimées

Périodiques (presse et revues)

Documents iconographiques

Pour le consulter

Identifiant du fonds :

5 J

Instruments de recherche disponibles :

Voir le livre : Répertoire numérique détaillé dactylographié de la sous-série 5 J "Collection Léon Nelli", avec index, par Henri Blaquière, 1950

Voir la description du fonds dans le CCFr

Ressources en ligne

Présentation et inventaire du fonds

Conditions d'utilisation

Conditions de consultation :

Consultation libre sauf documents en mauvais état

Conditions de reproduction :

Reproduction libre sauf documents en mauvais état

Mise en ligne : 11/02/2020