Recèrca

Filtrar
Filtres actifs
Sauf
Auteur : Sabrina Cepeda
Langue : oci
Auteur : CIRDÒC - Institut occitan de cultura
Tipe : Article biografic / Data : 2014-10-09

Georges Gibelin est né en 1922 dans le 04. Résistant, instituteur, d’abord membre du Félibrige puis adhérent de l’IEO, ce syndicaliste de sensibilité communiste s’intéressa aussi à l’histoire et à la littérature (Bellaud de la Bellaudière notamment).

Éléments biographiques

Né à La Palud sur Verdon (04) le 16 avril 1922 dans une famille modeste, d'un père menuisier-ébéniste et d'une mère agricultrice. Tous deux parlaient provençal à la maison, mais s'appliquaient à parler français à leur fils. Son père était compagnon, il avait fait son tour de France, séjourné un temps à Paris et adhéré à la franc-maçonnerie. Il avait transmis à son fils certains secrets de compagnons dans l’art de l’ébénisterie que Georges Gibelin pratiquera toute sa vie. Sa mère, quant à elle, lui avait transmis l'amour des plantes et de la nature.

  Après sa scolarité primaire à l'école de La Palud il partit à l’internat du lycée Gassendi à Digne assez tardivement. Sa santé étant plutôt délicate, sa famille cherchait à le protéger autant que possible.

Il devait entrer à l'école Normale d'instituteurs à la rentrée 1941. Mais Pétain venait de supprimer ces écoles, aussi avait-il continué ses études au lycée Gassendi en tant qu'élève-maître. Il y a découvert la philosophie qui l’a passionné. Après le bac, en juillet 1943, il a été envoyé aux chantiers de jeunesse à Nyons. Il a été affecté à la fonction de secrétaire du commandant. Ce fut pour lui l’occasion de donner des cours de provençal et de faire de l'alphabétisation pour des compagnons des chantiers.

En novembre il eut une permission et rentra à La Palud. Mais la menace d'un départ en Allemagne pour le STO se précisait. Aussi ne retourna-t-il pas à Nyons. Ne pouvant pas rester à La Palud car il avait été dénoncé, il partit se cacher à Riez, où il resta jusqu'à la Libération. Dans la mesure où sa santé le lui permettait, il participa à la Résistance, dont son père était un animateur à La Palud où il fabriquait notamment des faux papiers. Georges Gibelin participa avec lui à cette activité (plusieurs centaines de faux papiers fabriqués). Après la Libération il fit un an de formation en 1944-1945 à l'école Normale de Nice. Il suivit parallèlement des cours de philosophie à la faculté. Sa licence de philosophie obtenue, il choisit de rester instituteur, puis directeur d'école.

  Pour son premier poste d'instituteur il fut nommé aux Chauvets, hameau situé dans la montagne à une dizaine de kilomètres de La Palud, à la rentrée 1945. Il y resta 3 mois avant d’être affecté aux Mujouls (06) pour la fin de l'année scolaire. Il se maria en juillet 1945. Sa fille naquit en 1946, son fils en 1951. À la rentrée 1946 sa femme et lui obtinrent un poste double à Roquefort-les-Pins où ils restèrent jusqu'en 1951. À la rentrée 1951 ils furent nommés à Grasse. Mais entretemps Georges Gibelin avait été atteint de tuberculose et était en congé de longue maladie. Il reprit l'école, mais rechuta quelques années après. Il termina sa longue carrière de pédagogue passionné en tant que directeur de l'école Saint-Claude à Grasse. Il s'était engagé fortement dans la défense de l'école laïque et du métier en militant au Syndicat National des Instituteurs.

C’est au début des années 1980 qu’il adhère au Parti Communiste dont il n’était jusque-là qu’un compagnon de route, empêché peut-être par son appartenance à la franc-maçonnerie… Il avait coutume de dire à ses amis que son rang dans la loge de Grasse lui permettait de tenir la dragée haute à certains notables politiques locaux qui n’étaient pas exactement de son bord… C’est ainsi qu’il avait pu continuer les rencontres occitanes de Grasse, commencées en 1978 sous le mandat du communiste Georges Vassalo, lorsque la mairie tombe aux mains d’Hervé de Fontmichel...

Il partageait son engagement politique et citoyen entre Grasse et La Palud, où il avait été élu en 1977 adjoint au maire communiste. Il participe activement à la renaissance du village, et en particulier à la restauration du château qui est devenu propriété communale à ce moment-là. Il organise des manifestations et crée des associations intercommunales pour que le pays des gorges du Verdon résiste aux convoitises, préserve son site et revitalise ses activités productrices.

Engagement dans la renaissance d'Oc

C’est au Lycée Gassendi que Georges Gibelin commence à étudier le provençal, à écrire des poésies et des textes en provençal. Il participe à des pièces de théâtre et des chorales en provençal. Il s'inscrit au Félibrige au sein duquel il rencontra Robert Lafont auquel le lia une amitié jamais démentie. Robert Lafont avait coutume de le désigner parmi ceux qu’il appelait les « grands instituteurs », ces enseignants issus du peuple et avides de culture et d’esprit critique.

Après la guerre Georges Gibelin adhéra à l'IEO. Il créa en 1976 et anima durant de nombreuses années la section de l'IEO des Alpes Maritimes et celle de Grasse. D'ailleurs ces sections portent son nom, de même que la MJC dont il fut un président passionné.

Dans les années 1970-1990 il était de toutes les Universités Occitanes d’Été, comme de toutes les Rencontres Occitanes d’Été (organisées successivement à Apt, Arles, La Motte du Caire). En 1979-1981, lors des débats dans le sein de l’IEO entre tendance « Alternative » (principalement animée par Robert Lafont) et « IEO non-dependent », plutôt liée à Yves Rouquette, Georges Gibelin, comme la majorité des occitanistes de Provence, choisit la tendance « Alternative » et participa activement à la campagne. Après le double échec de la tendance « Alternative » (AG d’Aurillac 1980 et Montauban 1981), il participa à la fondation des Obradors Occitans, créés justement à Grasse et organisa, pendant l’été 1981, une fête de soutien des Obradors à La Palud. Il participa à la rédaction de la revue pédagogique des Obradors Occitans : Practicas (Montpellier). Courant 1981, il fit partie des occitanistes qui rencontrèrent à Octon, dans l’Hérault, le Ministre de la Culture Jack Lang. De 1978 à 1985, il organisa les Rencontres Occitanes de Grasse, (une semaine de stages, cours, ateliers, conférences) qui réunit des Occitanistes de plusieurs régions.

Il participa activement à la page « Mesclum » du journal La Marseillaise avec Claude Barsotti. Il y tenait la chronique d'onomastique « Que signifie votre nom ». Cette chronique remporta un grand succès auprès des lecteurs. Ses nombreux articles ont été rassemblés dans un ouvrage publié par les éditions Tac-Motifs à Grasse Que signifie votre nom ? Etude onomastique des noms de famille originaires des pays d'oc.

Il a publié de nombreux contes en occitan ainsi que des études historiques et d’histoire littéraire (voir bibliographie). Il a travaillé à plusieurs études sur l'histoire locale, encore inédites, sur les mariages dans la région du Verdon, sur les échanges commerciaux…

Il a publié de nombreux articles dans diverses revues occitanes : « La question linguistique au sud au moment de la révolution française » dans la revue Lengas, « coma Provença passet sota lo poder francés » Annales de l'IEO 1978 ; « L'occitanisme en Provence » Amiras n° 20...

Passionné par le personnage et l’œuvre de Bellaud de La Bellaudière, son compatriote de Grasse, il aimait à le présenter dans les ateliers des écoles et universités occitanes qui étaient, dans les années 1970-1980, des lieux de formation fréquentés par des centaines de stagiaires. Il organisa en 1988 un colloque sur Bellaud de la Bellaudière à Grasse. Il rassembla les actes du colloque et rédigea une biographie de Bellaud publiée par Tac-Motifs.

Il réalisa de nombreuses études non publiées sur la Révolution Française, le troubadour Boniface de Castellane...

Il anima des émissions de radio, sur Radio Agora, une série d'émissions sur Christophe Colomb, sur Radio Rougon au sujet de « L’éphémère seigneur de Caille ».

Né à La Palud sur Verdon (04) en 1922. Résistant, instituteur, d’abord membre du Félibrige puis adhérent de l’IEO, ce syndicaliste de sensibilité communiste s’intéressa aussi à l’histoire et à la littérature (Bellaud de la Bellaudière notamment).
Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Article biografic / Data : 2015-05-01
Le premier album de Djahlekt propose sous la maxime "En anglais, en français ou en occitan, le message est le même, il se propage en chantant..." un reggae à la croisée des musiques du monde, du reggae roots et du ragga. Ils présentent notamment dans cet album une reprise d'Englishman in New York de Sting dans une version reggae occitane.





Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Fons documentari

Histoire du fonds

Les origines de l'imprimerie puis maison d'édition Aubanel remontent à 1744, avec l'installation à Avignon d'Antoine Aubanel (1724-1804) comme imprimeur, fondateur d'une maison qui se transmit de père en fils sur six générations pendant plus de deux siècles.

Laurent Aubanel, son fils (1784-1854) donna un grand essor à l'entreprise en adjoignant une librairie et une fonderie de caractères, et en la spécialisant dans l'édition des livres religieux.

Ses deux fils, Charles et Théodore Aubanel lui succédèrent à la tête de l'imprimerie et de la maison d'édition, désormais connue sous le nom d'Aubanel frères.

Théodore Aubanel (1829-1886) eut également une activité littéraire de poète et dramaturge ; il est un des fondateur du félibrige.

Jean Théodore-Aubanel (1865-1942), fils unique de Théodore, s'attacha à diffuser hors de France la production de sa maison ; un réseau de représentants et de traducteurs, et une nouvelle ligne éditoriale élargie du religieux à la littérature moderne et à la psychologie appliquée, accrut la renommée d'une maison d'édition qui s'ouvrit à la publicité et aux méthodes commerciales.

Édouard Théodore-Aubanel (1901-1970) son fils, appelé aux affaires dès 1926, humaniste et bibliophile, poursuivit la tradition éditoriale en publiant littérature, histoire régionale et ouvrages de langue ; propagateur du latin vivant, il organisa des congrès et publia la série de Vita latina. Il crée à côté de l'imprimerie de la place Saint-Pierre un musée consacré à l'histoire de l'édition et de l'imprimerie, ainsi qu'au souvenir du poète Théodore Aubanel.

Laurent Théodore-Aubanel (1943-2000), son fils, lui succéda en 1970 et s'efforça de moderniser l'entreprise ; au cours de ces dernières années, la production des éditions Aubanel est restée fidèle à la littérature et à l'histoire régionale mais les difficultés économiques et la concurrence entraînèrent la fermeture de l'imprimerie en 1992. Le musée fut fermé en 1999 à la suite de la liquidation de l'entreprise.

Modalités d'entrée :

Achat

Accroissement :

Fonds clos

Fonds complémentaire :

 

Description du fonds

Papiers de famille (XVIIIe-XXe s.) :

Fonds Théodore Aubanel : papiers personnels, correspondance, manuscrits littéraires, publications (1850-1980).
Fonds Jean-de-la-Croix Aubanel : correspondance (1885-1940).
Fonds Édouard Théodore-Aubanel : correspondance d'auteur sous le pseudonyme Drucker, ouvrages, dossiers Vita latina (1940-1970).
Musée Théodore Aubanel : activités, commémorations (1946-1995).

Fonds de la maison d'édition et imprimerie Aubanel :

Papiers de la société, correspondance commerciale (1774-1980), comptabilité (1766-1980), fonderie de caractères (1767-1859), imprimerie et librairie (XIXe-XXe s.), correspondance éditoriale et manuscrits d'auteurs (XIXe-XXe s.), épreuves d'impression (XIXe-XXe s.), fournisseurs (1910-1980), dossiers d'exploitation de la méthode Borg (1930-1985), catalogues et publicités, coupures de presse (1850-1950), production imprimée de livres et publications (fin XVIIIe s. -1995).

Dates extrêmes :

1766-1995

Langues représentées dans le fonds :

Occitan (languedocien, provençal)

Français

Importance matérielle :

127,00 ml

Supports représentés :

Manuscrits

Périodiques

Monographies imprimées

Documents iconographiques

Pour le consulter

Identifiant du fonds :

83J

Instruments de recherche disponibles :

Inventaire sommaire disponible en ligne 

Ressources en ligne

 

Conditions d'utilisation

Conditions de consultation :

Fonds en cours de classement - Voir les conditions de consultation sur le site des Archives départementales du Vaucluse

Conditions de reproduction :

 

Mise en ligne : 11/02/2020
Tipe : Fons documentari / Data : 2016-06-06
Dans le cadre de la programmation littéraire du CIRDÒC à l'Estivada 2015 et du Forum eurorégional "Patrimòni e creacion" (Eurorégion Pyrénées-Méditerranée), la table-ronde Occitanie, Catalogne, Baléares : Itinéraires littéraires tentait d'interroger les relations qu'entretiennent les littératures occitanes et catalanes.

Table-ronde enregistrée le 25/07/2015 par Ràdio Lenga d'Òc.
Pour des raisons de respect du droit de la propriété intellectuelle, les extraits chantés par Eric Fraj ont dû être coupés pour la mise en ligne du document.

Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Ressorsa ensenhament
Christian Jean,  conseiller pédagogique TICE et référent numérique pour la circonscription Mende-ASH Lozère, a assuré au long du projet la coordination TICE des formations et des productions.
Vous pouvez retrouver ici son intervention Serious games : de la typologie, mise en place et évaluation (assurée lors du séminaire de Carcassonne), sous différents formats :

- en vidéo (première partie d'lintervention uniquement)


- enregistrement sonore intégral :



- présentation au format .pdf consultable et téléchargeable ci-dessous.

Revenir à l'accueil du Talhièr

Tipe : Ressorsa ensenhament / Data : 2016-06-29

L'association Terairòl propose aux amateurs de bandes dessinées, aux fans de Davodeau, aux consommateurs éclairés, gourmets ou réguliers de bon vin comme à ceux qui préfère le jus de raisin frais, une plongée en occitan (languedocien) dans l'univers graphique d'Étienne Davodeau. Découvrez son oeuvre "Les ignorants" traduite en langue d'Òc par Corinne Lhéritier.

L'histoire :

Un vigneron chez Jean-Pierre Gibrat ou chez Emmanuel Guibert, et un auteur de bande dessinée dans la vigne : 
mais qui sont-ils ? Deux ignorants !
Comment, pourquoi, et pour qui faire des livres ou du vin ?
Les réponses à ces questions forment le récit vivant et joyeux d’une initiation croisée. 

 

Appel à souscription 

Un appel à souscription au tarif préférentiel de 21 euros est lancé pour permettre la sortie de ce bel ouvrage de 272 pages. Ouverte jusqu'au 31 août, celle-ci donnera droit à un tirage offert supplémentaire de l'ex-libris au format 10x15cm.

Pour participer à la souscription, merci de bien vouloir retourner le bon ci-dessous avant le 31/08/2016 à l'adresse :
Associacion TERAIRÒL / c/o Corinne Lhéritier / 90 rue du grillon, 30 000 NIMES


Los Ignorants Soscripcion 

Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Ressorsa ensenhament / Data : 2016-2017
Projècte PEE (Professor de las escòlas estagiari) amb APRENE menat dins classas de cicle 3

Lo jòc de la morra a d’originas plan ancianas e contunha d’èsser viu dins Occitània ont la podem trapar mai que mai dins Pais Niçard.

Interessanta per mai d’unes aspèctes, tan pel costat cultural que per qu’es ligada a las matematicas, fa mestièr dins las classas.

Lo trabalh presentat aquí a per tòca de proposar un biais per l’exercir en classa tan de cicle 2 que de cicle 3. Tot de s’interessar als ligams entre jòc e pedagogia, permetrà de melhor conéisser lo jòc e de partejar d’aisinas per la menar en classa.

Una vidèo explicativa es proposada per n’encapar las caracteristicas generalas.



Un agach rapid sus los rapòrts teorics entre pedagogia e jòc es proposat en primièra partida. I vesèm las apròchas de Piaget, Winicott a tanben lo vejaire de Freinet.

Puèi en segonda partida balham los elements majors del jòc de la Morra: luòcs de practica, istòria, règlas.

Enfin, la tresena partida proposa una aisina per la faire viure dins las classas.

Un jòc aisit, sens material necite, que se jòga dempuèi sègles. Las aisinas mai precisas per la far dintrar en classa son a posita pels regents que la voldrián proposar als escolans.
Mise en ligne : 16/03/2020
Tipe : Eveniment / Data : 2016-07-07 20:00:00
Le 7 juillet, venez fêter 40 ans d'Université Occitane d'Été à Nîmes dans le cadre du Total Festum.

Et après une soirée de "caminada" et de danse, rendez-vous dès le 8 juillet au centre Agora (2 impasse Jean Macé) pour assister à l'édition 2016 de l'UOE.

Au programme conférences, tables-rondes, mais également cabaret littéraire, siestes radiophoniques et spectacles en soirée. 

Pour découvrir le programme jour par jour, c'est ici. 

Découvrir et télécharger le programme :

Programme UOE

Mise en ligne : 17/01/2020
Tipe : Eveniment / Data : 2018-01-18 18:30:00

On ne présente plus désormais les "Trad'Hivernales" de Sommières. Ce village typique du Gard devient chaque année pour un week end la capitale de la musique et de la danse trad.

On devrait plutôt dire DES musiques trad tant les productions sont diverses et bouillonnantes, portées par des musiciens talentueux de cultures diverses qui revisitent et composent à leur manière d'aujourd'hui un répertoire d'une grande richesse.

Cette année encore, c'est un véritable cocktail détonnant issu de toutes les régions de France et d'Europe qui vous est proposé.

Programme 

18:30 – Cafè Òc – L'accent. Jazz corner
21:00 – André Minvielle en solo. Jazz corner

Informations pratiques 

300 Avenue de la Gare -30250 SOMMIÈRES

tél :  06 43 98 93 45 
Mail - contact@coriandre.info
Le site Internet : ICI

Mise en ligne : 17/01/2020