Explorar los documents (8 total)

Lafont_500.jpg
La latinité du XXIe siècle (article de Robert Lafont)
Lafont, Robert (1923-2009)
Dans cet article, contribution à l’ouvrage Calandreta, 30 ans de creacions pedagogicas, Robert Lafont interroge le concept de latinité. Si cette notion a pu être utilisée à des fins nationalistes, Robert Lafont rappelle à quel point il est artificiel de dualiser le monde culturel germanique du monde culturel latin. Pour lui, c’est vers une nouvelle Europe, ouverte à la latinité sous toutes ses formes, que s’achemine la nouvelle génération sortie des écoles Calandreta.
119398028.jpg
Gui Broglia canta Robèrt Lafont (album, 1965)
Lafont, Robert (1923-2009)‎
Livret du disque vinyle 33 tours édité en 1965 par la section gardoise de l'Institut d'études occitanes. Seul à la guitare, le Montpelliérain, alors étudiant en médecine, y interprète des textes poétiques du célèbre penseur occitaniste. Ce sera le premier disque en son genre.


Lafont_500.jpg
« Les travailleurs immigrés et les mouvements régionalistes en France : Alliés dans un combat culturel contre le colonialisme intérieur », Robert Lafont (Juin 1975)
Lafont, Robert (1923-2009)
Ce texte a été publié pour la première fois en juin 1975 dans Le Monde diplomatique. Robert Lafont y analyse les proximités entre le traitement des ouvriers « provinciaux » au XIXe siècle par les élites politiques et économiques françaises et celui des ouvriers immigrés des années 1960-1970.
Vignette_Lafont_Europe.jpg
Per un avenidor obèrt de l'Euròpa : parladissa de Robèrt Lafont - Eurocongrès 2000
Lafont, Robert (1923-2009)
L'EUROCCAT Eurocongrès 2000 des pays occitans et catalans est un ensemble de manifestations organisé pour faire connaître et pour approfondir les relations occitano-catalanes dans les domaines économiques et culturels. La finalité de ce projet de coopération territoriale internationale est de développer les relations dans l’espace occitano-catalan par-delà les frontières étatiques.


C'est le discours «Pour un avenir ouvert de l'Europe » de Robert Lafont qui ouvre l'Eurocongrès 2000 et rappelle l'objectif principal du projet : l'harmonisation des efforts occitans et catalans dans tous les domaines de l'action humaine.
vignette_20675.jpg
Manifèste Mon païs escorjat
Lafont, Robert (1923-2009)
Maffre-Baugé, Emmanuel (1921-2007)
Chabrol, Jean-Pierre (1925-2001)
Le manifeste Mon païs escorjat est paru en 1979, dans le numéro 2 de la revue occitaniste Aici e ara. Il est publié à nouveau quatre ans plus tard comme supplément du numéro 4 de la même revue, sous la forme d’une affiche bilingue (français-occitan).
Le manifeste est signé de trois noms : Robert Lafont, Jean-Pierre Chabrol et Emmanuel Maffre-Baugé, ainsi que « 10 000 autres signataires ».
Emmanuel Maffre-Baugé (1921-2007) est une figure du syndicalisme viticole héraultais, député européen de 1979 à 1989, par ailleurs petit-fils du félibre Achille Maffre de Baugé, de Marseillan. Sympathisant communiste, Maffre-Baugé s’illustre dans la défense des revendications des vignerons languedociens dans les années 1970, notamment dans leur lutte contre l’entrée dans l’Union européenne de l’Espagne, de la Grèce et du Portugal, concurrents directs des viticulteurs et fruiticulteurs occitans.
Le manifeste porte également les noms du cinéaste Jean-Pierre Chabrol (1925-2001), originaire des Cévennes gardoises, également figure du Parti communiste, et de l’universitaire, écrivain et poète Robert Lafont (1923-2009), figure de la décentralisation et de la reconnaissance politique et culturelle de la langue et de la culture occitanes.
Dans l’ouvrage de Jean-Claude Bouvier et Jean-Noël Pelen Récits d’Occitanie est publiée la réponse donnée par Robert Lafont à l'article d'un autre universitaire montpelliérain, Jean-Marie Guillon. Robert Lafont y affirme être le premier auteur de Mon païs escorjat, qu’il aurait écrit à Heidelberg avant de le soumettre à Maffre-Baugé et Jean-Pierre Chabrol, le syndicaliste héraultais lui disant « On va le faire signer ».
Le texte a pour thème principal le refus par ses auteurs de l’intégration de l’Espagne, du Portugal et de la Grèce dans le Marché commun, pour des raisons économiques. Selon eux, cette triple incorporation entraînerait une concurrence déloyale avec les agriculteurs des pays d’oc, dans les domaines viticoles, de la production de fruits et légumes (fraises, pêches, abricots, tomates) ainsi que de l’élevage ovin. Maffre-Baugé y voit, ainsi qu’il le développe dans l’interview qu’il accorde à Jean-Pierre Laval pour Aicí e ara, une stratégie des “grands lobbies”, comprendre des entreprises de la grande distribution qui, associés à l’état centraliste, vont saigner l’économie des régions occitanes. Au discours économiste vis à vis du Marché commun vient donc s’adjoindre un discours régionaliste aux relents séparatistes : ce serait l’économie de l’Occitanie, pensée en tant que territoire propre,  que la France, poursuivant une logique de destruction, et les “multinationales”, envisageraient de détruire.
D’un autre côté, dans un propos d’ouverture culturelle, les signataires précisent - tout comme Maffre-Baugé dans son article - que ce rejet est purement économique et qu’ils ne seraient en aucun cas opposés à une Europe “des peuples”, une construction européenne basée sur le rapprochement des cultures, et notamment des « pays frères », mais que tel n’est pas le projet réel de cet élargissement du Marché commun. Le propos occitaniste transparaît avec la mention explicite d’une Occitanie en pleine renaissance culturelle, terre de combats sociaux et émancipateurs, convoquant les Cathares, les Camisards et enfin les Maquisards de la Deuxième guerre mondiale.
vignette_20672.jpg
Le récit occitan de L’Humanité  : réponse à Jean-Marie Guillon / Robert Lafont
Lafont, Robert (1923-2009)
Robert Lafont répond à l'article de Jean-Marie Guillon : De Maurin des Maures à Maffre-Baugé : le récit occitan de L'Humanité.

Robert Lafont énumère les différents évènements politico-économiques des années 1960 à 1980 sur le territoire occitan, de la grève de Decazeville en 1962-63 jusqu'à la manifestation du 10 mai 1980 à Montpellier.  Il explique la position du parti Communiste avant de conclure sur le thème de l'autogestion en rappelant que «
Le Larzac, c’est le point essentiel de notre siècle. »

Ce texte est la transcription, relue par Robert Lafont, de son intervention orale. Il est disponible sur le site OpenEdition Books

Litterature.jpg
« Sens » et littérature à l'origine de l'Europe moderne / Robert Lafont
Lafont, Robert (1923-2009)
Article de Robert Lafont publicat dins la revista Littérature en 1989, numèro tematic : Le partage culturel inégal et son texte.

Legir l’article (en francés) en linha sus Persée.
vignette_Lafont_tresor_CD.jpg
« Lo sol poder es que de dire » : Robèrt Lafont ditz lo poèma « La lenga d'òc »
Lafont, Robert (1923-2009)
Robèrt Lafont (1923-2009) es sens contèsta, per son òbra e son accion, un actor màger de la modernitat occitana. L’es  coma cercaire e coma ensenhaire, coma òme d’accion e coma menaire de moviments, coma intellectual aitant que coma escrivan.  
Sul plan literari, son òbra en pròsa e son teatre an representat d’etapas de reconquista d’espacis literaris e de capacitats lingüisticas estructurantas per la lenga occitana contemporanèa. Pasmens Robèrt Lafont foguèt primièr un poèta e es per la poesia qu’entra en escritura. L’ample e la riquesa de son òbra poetica, mantun còps mesa en musica dempuèi los ans 1960 fins als 2000, es estada mesa en lum recentament per l’edicion complèta de son òbra poetica :  Robert LAFONT, Poèmas 1943-1984, Montpeyroux, Jorn, 2011. 
Mercés a la colleccion de CD « Trésors d’Occitanie » (Aura - Occitània produccions), nos es ofèrt de poder ausir una caudisa de poèmas diches pel poèta el-meteis. 
L’extrach aicí-dejós es la primièra part del poèma « Lenga d’òc », tanben intitulat dins d’unes recuèlhs  « A meis amics occitanistas » e que s’obrís amb un vèrs vengut manifeste per tota una generacion : « Lo sol poder es que de dire ».

Dire, lo sol poder es que de dire  

Lo recuèlh Dire (Tolosa e Rodés, Institut d'Estudis Occitans e Subervie, 1957) es lo second recuèlh poetic de Robèrt Lafont. Amassa de poèmas escriches entre 1945 e 1953 e se despartís en tres moments :  « Dire l’amor lei causas », « Flaüta sorna enamorada » e « Dire l’òme lo segle ».  Aqueste recuèlh pareis coma una manifeste poetic pel present e lo futur : « Dire » es per Robèrt Lafont s’apropriar aqueste monde nòu que s’obrís, fretar sa lenga, « nusa coma una dròlla » coma o ditz dins lo poèma a las aventuras esteticas e istoricas de son temps. 
Lo vèrs qu’obrís lo poèma : « lo sol poder es que de dire » es vengut famós tan fa figura a posteriori de programa per una òbra indissociabla d’una pensada, d’una accion, de tota una vida, e dins lo qual la generacion occitanista de l’Après-guèrra se retrobarà. 
« La lenga d’òc » dich per Robèrt Lafont dins aqueste extrach sonòr, es paregut amb aqueste títol dins lo recuèlh Dire (1957). Es estat représ dins Aire liure (P.J. Oswald, 1974), florilègi de tèxtes poetics de l’autor, amb lo títol « A meis amics occitanistas ». 
Lo poèma es estat mes en musica per Jan-Mari Carlotti dins l’album Dire Robert Lafont (Arles, Mont-Jòia, 2005). 
L’enregistrament aicí-dejós es un extrach del poèma dich per Robèrt Lafont el-meteis dins la colleccion CD « Trésors d’Occitanie » (Vendargues, Aura - Occitània produccions, 2000). 


Tèxte de l'extrach

Lo sol poder es que de dire.
Dire doç : una aranha
penchena lo soleu
sus lo pònt de l'aubeta.
Dire fèr : la montanha 
es una frucha amara
qu'enteriga lei sòrgas.
Dire larg : la marina
a pausat si doas mans
sus l'esquinau dau mond.
Dire amic : l'amarina. 
(fin de l'extrach sonòr)

Ma lenga es davant ieu
nusa coma una dròlla.
(fin de la premièra part del poèma)