Explorar los documents (15 total)

vignette.jpg
Les troubadours : leur vie, leur oeuvre : Troubadours limousins / Joseph Anglade
Anglade, Joseph (1868-1930)
Ouvrage de vulgarisation sur les troubadours publié par Joseph Anglade, extrait de la revue Lemouzi de janvier 1898. Il donne en appendice la liste des troubadours limousins.
UOE-archius-sonors_vignette.jpg
Navarra e los trobadors occitans : istòria d'un encontre frustrat / María Elena Roig Torres
Roig Torres, María Elena. Conférencier
Conferéncia de María Elena Roig Torres enregistrada lo 11/07/2006 a l'escasença de la 30ena Universitat Occitana d'Estiu al Centre Universitari Vauban de Nimes que lo tèma èra : Occitània, tèrra d'acuèlh e de partença.

La cercaira de l'universitat de Barcelona, aprèp aver rementat l'influéncia de la lirica dels trobadors en Euròpa a l'Edat mejan, realiza un expausat sus las limitas de son espandiment en Navarra, region vesina.
vignette.jpg
Lei trobadors e l'invencion de la femna / Robèrt Lafont
Lafont, Robert
Conferéncia de Robèrt Lafont enregistrada lo 11 de julhet de 2006 a l'escasença de la 30ena Universitat Occitana d'Estiu de Nimes, qu'aviá per tèma annadièr Occitània, tèrra d'acuèlh, tèrra de partença, e dont lo tèma d'aquela jornada èra Darrièras recèrcas sus lei Trobadors.
scene-cour-troubadour_Cantigas-Santa-Maria.jpg
L'art de trobar / Antoni Rossell
Rossell, Antoni
Cet article d'Antoni Rossell (Arxiu occità, Universitat Autònoma de Barcelona) est une présentation générale en catalan de l'art du trobar et de la lyrique médiévale occitane dans une perspective occitano-catalane.
Il a été publié en 2003 dans Catars i Càtars i trobadors : Occitània i Catalunya, renaixença i futur / [coordinació Marina Miquel]. Barcelona : Generalitat de Catalunya, Departament de cultura, 2003.
Version occitane dans : Catars e trobadors : Occitània e Catalonha : renaissença e futur / [coordinació Marina Miquel]. Béziers : Centre interregional de desvolopament de l'occitan, 2003.

Consulter l'article en ligne :

Article en ligne sur le site Pàgines de l'Universitat autònoma de Barcelona : consulter l'article.

Vignette d'illustration : Scène de cour, XIIIe siècle (détail). Cantigas de Santa Maria, coll. Biblioteca d'El Escorial.
bpt6k65651585.jpeg
Les troubadours et les Bretons par Joseph Anglade
Anglade, Joseph (1868-1930)

Publiée en 1929 par Joseph Anglade, ce numéro spécial de la Revue des Langues Romanes traite des liens historiques et littéraires unissant les troubadours aux sources bretonnes et particulièrement les romans de chevalerie.

guilhem.jpg
CIRDÒC-Mediatèca occitana

Né en 1071, Guillaume IX de Poitiers hérite à l'âge de quinze ans d'un vaste domaine. Les possessions familiales comptent de nombreux titres dont les importants duché d'Aquitaine et comté de Poitiers. Seigneur puissant, Guillaume IX de Poitiers mène durant son existence un grand nombre de luttes pour affermir et accroître ses possessions, luttes aux résultats toutefois inégaux. Ayant épousé en secondes noces Mathilde, fille et héritière du comte Guilhem IV de Toulouse, il lance notamment de nombreuses incursions sur les terres des Saint-Gilles, conduisant à leur occupation temporaire. A sa mort cependant, la plupart de ses conquêtes méridionales étaient depuis quelques années déjà, perdues.

 

Important seigneur aux charges et occupations multiples inhérentes à son rang, Guillaume IX de Poitiers fut également troubadour, composant dans la langue d'oc poèmes, satires et ballades. Il se vit d'ailleurs attribué le surnom du Troubadour, et demeure aujourd'hui encore le premier poète du tròbar identifié.

 

A l'instar d'une grande partie de ces poètes et poétesses du Haut Moyen âge, une Vida(court texte biographique expliquant les raisons pour laquelle les poèmes ont été écrits), bien que brève et postérieure de cent-cinquante années aux faits qu'elle relate, propose divers éléments biographiques sur le comte, nous dressant le portrait d'un homme complexe. Guillaume IX de Poitiers figure d'ailleurs parmi les rares troubadours sur lesquels nous possédons tant de détails biographiques. Son rang de comte semble avoir donné lieu à une plus ample documentation, tant de ses contemporains que des générations qui suivirent, celle-ci demeurant cependant davantage focalisée sur l'étude du seigneur bien plus que sur celle du troubadour.

 

Le premier des troubadours ?

 

Guillaume IX de Poitiers est-il le premier des troubadours, inventeur de l'art du tròbar ? La qualité de ses productions, l'affirmation déjà marquée des codes troubadouresques que l'on y trouve, témoignent d'une grande maîtrise de l'écriture qui pour certains historiens, semble davantage s'inscrire dans une continuité que dans une invention pure. Toutefois, la proximité du Val de Loire, alors marqué par un renouveau de la poésie d'amour en latin, l'influence limousine, foyer de création musicale par la présence des abbayes de Saint-Léonard et Saint-Martial, ainsi que la présence durant son enfance, de chanteurs arabes à la cour de son père, ont pu être autant de sources et de modèles pour le duc-troubadour. Guillaume IX n'en demeure pas moins l'exemple le plus ancien connu à ce jour de poésie lyrique en occitan s'inscrivant dans le courant troubadouresque.

 

Onze pièces de la main de Guillaume IX de Poitiers sont parvenues jusqu'à nous. Il est fort probable que bien d'autres, aujourd'hui disparues, aient été rédigées par celui-ci. Elles constituent une importante source de renseignements, tant pour les linguistes, du fait de leur ancienneté et des influences du poitevin, que pour les historiens de la littérature. S'y retrouvent ainsi les situations et lieux communs propres au genre sur les relations femme aimée/amant. La langue employée par Guillaume IX de Poitiers dans ces pièces, est celle qu’emploieront les troubadours successifs, y compris gascons, une langue commune, sorte de koinè troubadouresque, ne laissant transparaître que quelques influences dialectales.

 

L'art du tròbar en Aquitaine

 

L'art du tròbar, initié en Aquitaine par Guillaume de Poitiers, fut promis à un bel avenir dans ces contrées. Par la suite, Cercamon, probablement originaire de Gascogne, Marcabrun, son disciple, présent à la Cour de Guillaume X de Poitiers, Jaufré Rudel prince de Blaye ou Guiraut de Calanson, perpétuèrent l'art du tròbar sur les territoires qui composent l'Aquitaine actuelle .

 

A l'instar de Guillaume IX de Poitiers, seigneur qui marqua la mémoire de ses contemporains par son incursion dans le domaine des lettres et des arts, d'autres seigneurs et non des moindres prirent en leur temps la plume. Richard Cœur de Lion (1157-1199), duc d'Aquitaine puis roi d'Angleterre, fils d'Aliénor d'Aquitaine et par elle, descendant de Guillaume le Troubadour, composa ainsi en occitan des pièces de poésie. Deux cents ans plus tard, Gaston Fébus (1331-1391), vicomte de Béarn, prenait à son tour la plume pour rédiger des poèmes. S'il est difficile de certifier sa paternité concernant le Se canta (l'un des hymnes pan-occitan actuel), une autre de ses Cansos (chansons) fut récompensée de son temps par le Consistori del Gay Saber, aujourd'hui Académie des Jeux Floraux de Toulouse.  

Vignette_211_14.JPG
Troubadours
Taillade, Frix (1815-1901)

Recueil de chansons et de vies de troubadours.

"Ancienne collection Frix Taillade. Achat à sa fille 1906/1907"

Vignette_211_10.JPG
Textes de troubadours et de trouvères issus de la bibliothèque Rochegude 

Étude littéraire sur les troubadours et les trouvères.

"Ancienne collection Frix Taillade. Achat à sa fille 1906/1907"

Guilhem de Peiteus : prince des troubadours
CIRDÒC - Mediatèca occitana

Guilhem de Peiteus : prince dels trobadors

Lo comte Guilhem de Peiteus, qu'èra tanben lo duc d'Aquitània, visquèt a la fin del sègle XI e al començament del sègle XII. Es un dels mai grands senhors de l'Euròpa medievala, mèstre d'un domeni immens que s'estirava de Gasconha a las marchas d'Auvernha, e de l'Anjou als Pirenèus. Mas son pas ni las accions politicas nimai las proesas d'armas que fan de Guilhem un dels princes mai requists de l'Edat Mejana. Sa legenda es artistica, que dobriguèt per sas cançons d'un genre novèl dos sègles de creacion remirabla e remirada en lenga occitana, una edat d'aur que la celebrèron Dante tant coma Aragon o Ezrà Pound. Guilhem de Peiteus es lo trobador mai ancian que n'ajam trobadas las piadas. Canta emai divertís, mas apond a sas compausicions la finesa estetica e l'audàcia intelectuala d'un grand senhor letrat. Guilhem daissèt l'imatge d'un senhor libertin, excomuniat dos còps, qu'installèt son amanta la vicomtessa de Châtellerault al dintre de sa cort. Canta una concepcion novèla del desir, de l'amor e de la femna aimada. Unas de sas poesias son bravament rufas, gaireben obscènas. Son destinadas a un auditòri d'òmes, e la femna i es una preda erotica. Mas Guilhem canta tanben l'amor fin e pausa las fondacions de tot l'art del trobar. En qualques annadas, aquel biais novèl de cantar l'amor en occitan deven una sorga d'inspiracion màger. Avèm pas servadas que onze cançons de Guilhem, mas pòvan qu’es pas solament un precursor, qu’es ja un dels poètas mai adrech dins l'art del trobar. Sas cançons contenon totas las basas de la revolucion artistica que s'empara de las corts d'Occitània per gaireben dos cent ans : «  Companho, farai un vers [pauc] convinen et aura-i mais de foudatz no-i a de sen et er totz mesclatz d'amor et de joi e de joven.  »
Vignette_Ms907_00001.jpg
Extraits de poésies et de vidas de troubadours provençaux par Camille Chabaneau
Chabaneau, Camille (1831-1908). Auteur
Ce document constitue la table du manuscrit 1749 (E) conservé par la BnF. Camille Chabaneau y recense tous les chansonniers qui apparaissent dans ce manuscrit. Sont réunis ici des extraits de poésie ou de vidas sur les troubadours concernés
sus 2