Explorar los documents (98 total)

vignette_Flaran.jpg
13e Rencontre du Patrimoine Historique : "Escapade au pays du Vert galant"
Chapot-Blanquet, Maguy

Depuis 2008, l'association "Histoire et cultures en Languedoc" organise chaque année les Rencontres Internationales du Patrimoine Historique.

Avec le soutien de la Région Occitanie Pyrénées Méditerranée, du CIRDOC - Institut occitan de cultura, de la Société Archéologique de Montpellier, de l'Office de Tourisme de l'Albret, de la ville de Nérac, du département du Gers et de l'Abbaye de Flaran (Centre patrimonial départemental), classé au titre des Monuments historiques.

Découvrir l'association Histoire et cultures en Languedoc.

Escapade au pays du Vert galant : XVIe siècle

Ce pays est un ensemble de petites vallées qui composent la « Basse Navarre » et le territoire souverain du Béarn. Ce « confetti » indépendant entre la France et l’Espagne n’eut de cesse de revendiquer sa réunification avec la « Haute Navarre », celle de Pampelune. Ce désir fut aussi vif de part et d’autre des Pyrénées. Depuis Louis le Débonnaire, auquel on impute la césure du territoire navarrais, Trastamare, Grailly et d’Albret furent en conflit avec leurs homologues espagnols. Pourquoi ? La raison est simple : le Béarn tient les ports des Pyrénées entre la France et l’Espagne.
Au cours des guerres que se livrèrent François Ier et Charles Quint, Henri II de Navarre est du côté français. Mais, après la défaite de Pavie, en 1525, François est fait prisonnier et le sort de la Navarre sera réglé à la « Paix des Dames » en 1529 : la Haute Navarre restera espagnole.
En 1527, Henri épouse la soeur du roi, Marguerite d’Angoulême. Voici donc la Navarre dotée d’une reine de haute lignée, ajoutons à cela qu’elle est belle, diplomate, femme de lettres. Diplomate, elle fut envoyée à Madrid par sa mère, Louise de Savoie, pour négocier la libération de son frère auprès de Charles Quint. Femme de lettres, elle fut admirée de tous. Parmi ses nombreux écrits, on retiendra l’Heptaméron, reconnue comme une oeuvre majeure du XVIe siècle. Humaniste, elle s’inscrit dans le courant réformiste comme l’atteste son recueil « Le miroir de l’âme ». Elle est la protectrice du cercle de Meaux opposé aux théologiens de la Sorbonne. Après l’affaire des Placards, elle part pour Nérac et accueille à sa cour ses amis en disgrâce, Rabelais et Marot, entre autres.
Sur le plan politique et religieux, la Navarre aura un rôle de premier plan dans les évènements qui, en ce XVIe siècle, précipitera le pays dans les guerres de religion : sa fille , Jeanne, fera entrer la Navarre dans le camp armé des réformés, dont elle prendra la tête.

Qui est Jeanne d’Albret ?
Elle nait en 1528 à St Germain en Laye, fille unique de Marguerite et du roi de Navarre, Henri d’Albret. Elle est donc appelée à régner. Elle s’y emploiera avec détermination et foi.
Le caractère trempé de Jeanne se manifeste dès l’âge de 12 ans. Elle s’oppose à son oncle, François Ier, qui veut la marier au duc de Clèves. A 14 ans, son mariage forcé fait grand bruit. Elle refuse d’aller à l’autel. On l’y conduit de force. Elle obtiendra la nullité de son mariage et se remariera avec l’homme qu’elle a choisi, le bel Antoine de Bourbon. De ce mariage heureux naitra le futur Henri IV, lequel aura les qualités politiques de sa mère, la valeur des armes et la galanterie de son père.
Femme de foi, érudite et lettrée, Jeanne ira plus loin dans les préceptes évangélistes de sa mère. Elle abjure la religion catholique et se convertit au protestantisme.
La guerre est là. Antoine passe dans le camp des catholiques, c’est la rupture avec Jeanne. La terrible défaite de Jarnac va clore pour un temps la guerre par le traité de St Germain le 8 août 1570.
Les discussions sont âpres avec Catherine de Médicis qui finit par consentir à donner sa fille, Marguerite de Valois à Henri III de Navarre sous réserve que la princesse reste catholique. Le mariage est célébré le 18 aout 1572, Jeanne était morte d’épuisement en juin, loin de son fils. La paix sera de courte durée car, quelques jours plus tard, aura lieu le massacre de la Saint Barthélémy. 

Par cet exposé se détachent les portraits de deux reines, deux femmes qui ont mis par leur talent, leur caractère, la Navarre au premier plan dans  l’échiquier politique, et ont donné leur lustre aux cours de Pau et de Nérac. La troisième reine de Navarre, dont on parlera plus particulièrement, aura de sa tante la beauté, l’intelligence, un sens politique certes, mais se trompera souvent de camp, ses choix diplomatiques étant plus sentimentaux.

« La Marguerite des Marguerites » dira Ronsard pour la tante, « La perle des Valois » pour Margot. Pourquoi ce nom ? Ronsard écrivant un amusement théâtral pour les enfants de Catherine de Médicis, donna ce nom à la petite Marguerite, la plus jeune de la fratrie. Ce nom lui restera, avec affection pour ses frères mais sans aménité dans sa légende noire.
Cette légende à titre posthume est popularisée par Dumas et Michelet et, plus près de nous par le film de Patrice Chéreau, « La Reine Margot » qui donne un éclairage sulfureux du personnage. Mais cette légende est aussi née du temps de Marguerite de Valois. Son plus farouche détracteur fut Agrippa d’Aubigné à qui on attribue « le divorce satirique ou les amours de la reine Marguerite » écrit en 1607. Ne fait-on pas dire à Charles IX vouloir donner « Sa Margot, non seulement pour femme au roi de Navarre, mais à tous les hérétiques de son royaume ».

Mais qui de Marguerite de Valois à la reine Margot est la vraie Marguerite ? Jean Castarède, dans son ouvrage La triple vie de la reine Margot la définit ainsi : amoureuse, complotiste, écrivaine.
Amoureuse, elle le fut pour chacun de ses amants. Elle s’affiche comme une femme libre, hors de son temps. Elle instaure, à Nérac, une véritable cour d’amour, pas très troubadouresque.
Complotiste, ses choix politiques sont guidés par ses sentiments, qui la conduiront à participer avec son frère préféré François d’Alençon à la conjuration des « Malcontents » en 1574. Ce qui lui vaudra la réclusion au Louvre.
Libérée, elle se lance dans une mission « secrète » au Pays Bas toujours pour son frère François. Puis de Pau à Nérac, de château en château, ses choix politiques la conduiront à Usson ou son frère Henri III l’assigne à résidence pendant 19 ans. Elle se consacre alors à l’écriture. Ecrivaine, elle laisse un ouvrage remarquable, « Les mémoires de Marguerite de Valois », sorte de bestseller de la Renaissance que l’on redécouvre depuis peu. Cette correspondance nous révèle l’intime de Marguerite : « une enfant mal aimée dans une armure de reine » dira Isabelle Adjani qui l’incarna à l’écran.

Maguy Chapot-Blanquet, Docteur en sciences humaines

vignette.jpg
Eveniment literari numeric Las paraulas estèlan la nuèit : extraches literaris d'autor.as contemporanèu.as
A l'escasença de las Nuèits de la lectura de 2021, lo CIRDÒC – Institut occitan de cultura metiá l'onor las voses occitanas de la literatura en propausant una seria de publicacions e de contenguts numerics dedicats a qualques-unas de las figuras artisticas e intellectualas occitanas dels sègles XX e XXI.

Al cors d'aquela serada, nombrosos èran las e los que son mobilizats per metre en votz las òbras de Loisa Paulin, Max Roqueta o encara Bernat Manciet, per ne citar que qualques exemples. 

Vos convidam a (tornar) descobrir aquí aquelas lecturas, "estèlan dins la nuèit'' propausadas per Marie-Jeanne Verny, Estelle Ceccarini o encara Rodín Kaufmann...
vignette_martel.jpg
« La soufranço e la misero dei fourças que soun en galero », la «galère » vue de l’intérieur ?» / Philippe Martel
Université Paul Valéry (Montpellier). Département d'occitan

Aquesta comunicacion foguèt deliurada lo 29 de genièr de 2021 dins l'encastre del collòqui en visio-confèrencia sus las escrituras carceralas a travèrs los segles e las lengas organizat al Mediatèca occitana de Besièrs per l’Universitat Paul-Valéry Montpelhièr III

vignette_kirkby.jpg
« Fuir la claustration forcée par l’écriture. Parcours littéraire d’une vénitienne au XVIIe siècle : l’Enfer du couvent d’Arcangela Tarabotti.» / Catherine Kirkby
Université Paul Valéry (Montpellier). Département d'occitan

Aquesta comunicacion foguèt deliurada lo 29 de genièr de 2021 dins l'encastre del collòqui en visio-confèrencia sus las escrituras carceralas a travèrs los segles e las lengas organizat al Mediatèca occitana de Besièrs per l’Universitat Paul-Valéry Montpelhièr III

vignette_lespoux.jpg
« La correspondance carcérale de Pierre-Louis Berthaud. » / Yan Lespoux
Université Paul Valéry (Montpellier). Département d'occitan

Aquesta comunicacion foguèt deliurada lo 29 de genièr de 2021 dins l'encastre del collòqui en visio-confèrencia sus las escrituras carceralas a travèrs los segles e las lengas organizat al Mediatèca occitana de Besièrs per l’Universitat Paul-Valéry Montpelhièr III

vignette_wellnitz.jpg
« Les lettres de prison de Rosa Luxembourg.» / Philippe Welnitz
Université Paul Valéry (Montpellier). Département d'occitan

Aquesta comunicacion foguèt deliurada lo 29 de genièr de 2021 dins l'encastre del collòqui en visio-confèrencia sus las escrituras carceralas a travèrs los segles e las lengas organizat al Mediatèca occitana de Besièrs per l’Universitat Paul-Valéry Montpelhièr III

vignette_hohota.jpg
« Quels mots pour « d’écrire » l’expérience carcérale ? Lettres récupérées de détenus français et roumains.» / Valentina Gabriela Hohota
Université Paul Valéry (Montpellier). Département d'occitan

Aquesta comunicacion foguèt deliurada lo 29 de genièr de 2021 dins l'encastre del collòqui en visio-confèrencia sus las escrituras carceralas a travèrs los segles e las lengas organizat al Mediatèca occitana de Besièrs per l’Universitat Paul-Valéry Montpelhièr III

vignette_mechoulan.JPG
« Saint-Cyran et les formes d’écriture du temps, entre maximes, mémoires et reliquaires.» / Eric Méchoulan
Université Paul Valéry (Montpellier). Département d'occitan

Aquesta comunicacion foguèt deliurada lo 29 de genièr de 2021 dins l'encastre del collòqui en visio-confèrencia sus las escrituras carceralas a travèrs los segles e las lengas organizat al Mediatèca occitana de Besièrs per l’Universitat Paul-Valéry Montpelhièr III

vignette_MJV.JPG
« Arcadie, tour, prison, pièces et jardins, les espaces clos dans l’œuvre de Louis Bellaud.» / Marie Jeanne-Verny
Université Paul Valéry (Montpellier). Département d'occitan

Aquesta comunicacion foguèt deliurada lo 29 de genièr de 2021 dins l'encastre del collòqui en visio-confèrencia sus las escrituras carceralas a travèrs los segles e las lengas organizat al Mediatèca occitana de Besièrs per l’Universitat Paul-Valéry Montpelhièr III

vignette_ginestet.JPG
« Embarquement poétique avec Jean Cassou : « Messatges » (1942),I.E.O. (1945)». / Joëlle Ginestet
Université Paul Valéry (Montpellier). Département d'occitan

Aquesta comunicacion foguèt deliurada lo 29 de genièr de 2021 dins l'encastre del collòqui en visio-confèrencia sus las escrituras carceralas a travèrs los segles e las lengas organizat al Mediatèca occitana de Besièrs per l’Universitat Paul-Valéry Montpelhièr III

sus 10