Explorar los documents (121 total)

Photo de Pierre Rapeau lors d'une visite de ses peintures
Lé Gril
Visner, Gabriel (1846-1909)
Lé Gril : gazetto senmanalo dé la léngo patouèso pareis pel primièr còp en febrièr de 1891 a Tolosa jos la direccion de Gabriel Visner, pseudonime  de Gaston Sirven (1846-1909). Son collaborator principal es Auguste Forés (1848-1891). Lo jornal s’adreiça a un public popular e coneis rapidament un grand succès, en junh de 1891 lo tiratge aten 10 000 exemplars. En mai de las cronicas sus la vida tolosana, lo teatre, la politica, s’i tròban de contes, de poèmas, un fulheton e d’istòrias umoristicas.
Totes los tèxtes publicats son en occitan e lo jornal impausa pas ges de règla de grafia a sos autors. A partir de 1896 qualques tèxtes son en francés e apareis lo sostítol Le Grillon de Toulouse.
Ebdomadari per començar, lo jornal ven bimensual en abril de 1894. En junh de 1898 fusiona amb la Terro d’Oc. Lo 1èr d’octobre de 1900 una novèla seria espelís e s’arrestarà en genièr de 1901.
Una tresena e darrièra seria pareis de junh a agost de 1907.
era_bouts.jpg
Era Bouts dera mountanho
Escòlo deras Pirenéos
Sarrieu, Bernard (1875-1935)
Era Bouts dera mountanho (La Voix de la montagne) est la revue de l'Escòlo deras Pirenéos, l'école felibréenne des Pyrénées créée en 1904 à Saint-Gaudens par Bernard Sarrieu (1875-1935).

Le premier numéro de la revue Era Bouts paraît en 1905. Elle est d'abord bimestrielle puis mensuelle à partir du n° 3 de 1906. Sa devise est : "Toustém Gascous !". Les articles, majoritairement rédigés en gascon, sont des études sur la langue, des textes littéraires et des comptes-rendus des activités de l'association. Tous les dialectes des régions pyrénéennes y sont représentés.
A partir de 1925 la revue sera dirigée par Raymond Lizop (1879-1969), puis en 1955 par Jules Ponsolle (1902-1998) et Yvonne Ponsolle (1914-1997). Le dernier numéro paraîtra en 1992.
colloque-lire-mistral.jpg
Captation vidéo du colloque "Lire Frédéric Mistral en 2014"
Altaïr-prod. Metteur en scène ou réalisateur
Centre Interrégional de Développement de l'Occitan. Producteur
Pel centenari del trescolament de Frederic Mistral, las universitats de Bordèu-III, Pau-Pays de l'Adour, Nice-Sophia Antipolis, Montpelhièr-III, Tolosa-II e lo CIRDÒC-Mediatèca occitana prepausèron los 20 e 21 de novembre de 2014 un grand rendètz-vos scientific dedicat a la relectura de l'òbra del grand escrivan d'òc dins sa dimension estetica e universala, luènh dels prejutjats d'una literatura regionalista. Occitanica vos permet de tornar veire aqueste collòqui, que se debanèt dins l'auditorium de la mediatèca d'aglomeracion de Béziers Méditerranée.

Argumentari del collòqui

Lo centenari de la mòrt de Frederic Mistral fai partida dei commemoracions nacionalas per l’annada 2014. Aquò podriá èstre l’escasença, en delai dei festivitats e manifestacions previstas, de tornar au lume l’òbra dau grand poèta provençau. D’efiech, siam quauqueis uns que pensam que se lo nom de Mistrau es encara mai o mens coneissut, de còps que i a citat mai o mens coma cau, son òbra n’i a gaire que la legisson, i a gaire de criticas per ne’n parlar, e se quauquei libres an pareigut aquestei darriereis annadas, bastan pas per faire reconéisser coma se l’ameritariá l’òbra mistralenca.  Nos prepausam d’organizar un collòqui sus l’òbra de Frederic Mistral. Aquela manifestacion la farem a Besiers, au CIRDOC, lei 20 e 21 de novembre de 2014. Tre ara, mai d’un establiment universitari (Pau, Bordeus, Tolosa, Montpelhier, Niça) e mai d’un cercaire an fach conéisser son interès.  Vos prepausam doncas de menar vòstra reflexion long de quatre ais diferents :     

  1. L’òbra mistralenca en se. Se tracharà de renovelar leis apròchis critics (textuaus, estilistics, generics, genetics, psicoanalitics…) e d’acarar lo tèxte mistralenc a una lectura critica, tant per lei grands poèmas (Mirèio, Calendau, Nerto e Lou Pouèmo dóu Ròse) coma per de pèças menoras o esparpalhadas (poèmas reculhits dins Lis Isclo d’Or o Lis Oulivado mai que mai) poësias o pròsas. La critica ja identifiquèt diversei tematicas mistralencas que seriá bon de lei cavar e estudiar tornarmai.    
  2. L’estrategia literària mistralenca es dobla, provençala e francesa. Caup dins l’istòria literària dei país d’òc, en Provença bèla promièra, mai s’espandís pron lèu, e largament, sus l’ensems dei territòris de la lenga d’òc. Amb aquò, la lectura francesa de Mirèio marquèt grandament aquela reconoissença, e Mistral es un dei promiers escriveires d’oc qu’aguèsse trobat un resson a París. Assajarem de veire d’un biais mai agut leis anterioritats e posteritats mistralencas, dins la produccion d’òc en ela meteissa, tant coma lei ressons qu’aquela òbra a pogut congrear dins leis letras francesas coma dins lei literaturas « perifericas », sens oblidar, segur, Catalonha.    
  3. La recepcion critica de l’òbra mistralenca es importanta. Ne caudriá far mai amplament l’istòria, ne mesurar l’ancoratge dins la critica dau sègle XIX fins a nòstre temps, n’evaluar la portada sociala sus l’imatge de l’òbra, e, en delai, sus aquela de Provènça. Dins una autra amira, seriá necite d’estudiar lei contenguts e lei formas deis assags critics consagrats a Mistral, sens oblidar la personalitat deis assagistas, coma la plaça que donan a aquela òbra dins son camp de recèrca.    
  4. La constitucion de l’òbra mistralenca tresvira lo païsatge literari d’òc, mai tanben la lenga e sei diversei representacions. L’espelison d’aquela òbra vai cotria, en aquò de Mistral e de seis amics felibres, de la construccion d’una expression a l’autor de la literatura que la vòlon instituir. Aquela lenga, que la posteritat reconeis coma mistralenca, trobèt en literatura una astrada particulara. Dins la construccion de l’òbra en se, coma dins son espandiment, nos pausarem de questions sus leis elements que constituisson aquela lenga, sus lei marcas literàrias que vòl dessenhar, sus son origina e sei fondamentas, sus son inscripcion fin finala dins una realitat e una representacion qu’apartenon au sègle XIX.


Comitat Scientific 

Joan-Ives Casanòva (Pau), Katy Bernard (Bordèu), Guiu Latry (Bordèu), Felip Gardy (Montpelhier), Joèla Ginestet (Tolosa), Joan-Francés Courouau (Tolosa), Patric Sauzet (Tolosa), Francés Pic (Tolosa), Felip Martel (Montpelhier), Maria-Joana Verny (Montpelhier), Romieg Gasiglia (Niça)
delubre1.jpg
Lou delubre
Provence, Marcel (1892-1951) Directeur de publication

Journal créé au cours de la Première guerre mondiale, publié à Aix par Marcel Provence (1892-1951) entre juin 1915 et mai 1916 (parution de 4 numéros), Lo Delubre : Santo Ventùri doit son titre à un monument emblématique de l’histoire de la Provence. Lou Delubre est en effet un monument dressé par le général Marius (157-86 av. J.C.) au pied de la Montagne Sainte-Victoire à la mémoire des soldats romains ayant vaincus les barbares germains.

Note de contenu


Le bulletin se veut un lien entre les félibres du front et ceux restés à l’arrière. Chaque numéro débute par la liste des félibres “morts pour la patrie”, suivie d’une lettre du capoulié (ou d’un membre important du félibrige) en soutien à la cause félibréenne sur le front. Il est complété par les actualités liées au félibrige, et parfois par des discutions et débats autour de celui-ci.
Le journal bien que relatant principalement l'événementiel n’en demeure pas moins patriotique et n’oublie jamais de saluer et soutenir la “Grande Patrie”.

Exemplaires conservés

  • CIRDÒC (Béziers)
    Cote : AG
    État des collections : n.1, 1915 -n.4, 1916
  • BnF (Paris)
    Cote : FOL- LC6- 641
    État des collections : n°1,1915-n°4, 1916
  • Bibliothèque Centrale de Toulon
    Cote : 30182
    État des collections : n°1,1915-n°4, 1916
  • Bibliothèque d’Études et du Patrimoine (Toulouse)
    Cote : P4137
    État des collections : n°1,1915-n°4, 1916
  • Bibliothèque de l’Alcazar (Marseille)
    État des collections : n°1, 1915-n°4, 1916
  • Médiathèque Emile-Zola (Montpellier)
    État des collections : n°1, juin 1915-n°2, novembre 1915
vignette-larzac.JPG
Gardarem lo Larzac
De 1971 à 1981, le plateau du Larzac se trouve sous les feux des projecteurs alors que se déroule sur place une lutte de ses habitants face au projet d'extension du camp militaire installé sur ces hauteurs. La lutte paysanne s'accompagne d'un large ensemble de mouvements divers. C'est ainsi que débute également une revendication occitane nouvelle, cette langue synthétisant d'ailleurs le conflit à travers son slogan « Gardarem lo Larzac ».
La présente collection d'affiches réalisées tout au long de la décennie par les différents comités d'action et collectifs de défense du Larzac, donne un aperçu des revendications et des slogans en cours durant la lutte. Un éclairage historique s'impose toutefois pour en comprendre toute la portée.

Larzac : 1971, genèse de l'occitanisme contemporain

Contexte d'une opposition

Le plateau du Larzac constitue depuis les premiers temps de son occupation un espace stratégique propice à une présence armée. En 1971, le ministre de la Défense Michel Debré présente un projet d'extension du camp militaire en place sur le plateau depuis 1904. Le projet, confirmation d'une tradition militaire séculaire dans la région, reçoit toutefois un accueil défavorable de la population locale, majoritairement composée d'agriculteurs, face aux répercussions écologiques et économiques qu'il représente.
Au lendemain des conflits de Mai 1968 en France et des nombreux mouvements pour les droits civiques qui secouent le monde depuis la fin des années 1960 (Printemps de Prague, mouvement pour les droits civiques en Afrique du Sud...), la société se recompose et se repense. La lutte pour un « Larzac libre » s'organise progressivement dans ce contexte particulier, rassemblant derrière le mouvement premier paysan un plus vaste ensemble de revendications. L'aventure du Larzac sera aussi une aventure occitane.

Organisation d'une nouvelle génération occitaniste

À l'image des bouleversements que connaît la France, les changements de Mai 68 dans le sud de la France sont le résultat d'une lente évolution sociale et culturelle initiée après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les régions du Sud ont connu depuis le XIXe siècle plusieurs mouvements de revendication régionalistes, souvent liés à une volonté d'initier une renaissance culturelle de l'occitan. À partir de 1945, le mouvement « occitaniste » prend de l'ampleur, particulièrement en Languedoc, face aux régionalismes traditionnels. La création de l'I.E.O. (Institut d'Estudis Occitans) en 1945 marque le début d'un grand mouvement culturel mais aussi linguistique, social et politique qui connaît son apogée au lendemain de 1968.
Militants et promoteurs de l'occitan ne se cantonnent plus désormais aux seuls domaines de la littérature et des cultures populaires traditionnelles. La nouvelle génération occitaniste , soucieuse de s'adresser à l'ensemble des populations des régions occitanes, intervient davantage dans les débats d'actualité politique, économique et sociale : questionnements sur la place de l'occitan à l'école, soutien aux mouvements des mineurs de Decazeville (1962), des viticulteurs du Languedoc (1967 et décennie 1970), mais également la lutte pour le Larzac.
Jusqu'à cette période, les revendications en occitan ou pour l'occitan étaient restées très marginales dans les manifestations, les tracts, les affiches... Avec le Larzac s'amorce une nouvelle phase pour le mouvement occitaniste.

Gardarem lo Larzac

« Gardarem lo Larzac », ces quelques mots en occitan apparaissent dès 1973, au cours de la montée sur Paris des paysans du Larzac, en tracteur ou à pied. Ce slogan synthétise en quelques mots toute la complexité d'une lutte multiforme dont le cœur demeure pour ses militants, qu'ils soient paysans ou occitanistes, la reconnaissance de leur identité. Celle-ci passe également par la langue et la culture occitanes.

Quand la lutte paysanne se double d'une lutte pour l'occitan

La question occitane est omniprésente sur le plateau du Larzac durant le conflit. Fleurissent sur le causse les drapeaux occitans, qui flottent lors des manifestations. La croix occitane est présente dès le mois de mai 1971, soit dès les débuts des événements (cf. blog Mescladis e còps de gula log, article « Le Larzac sans l'occitan», publié le 30/01/2012). Cette période permet par ailleurs l'émergence du terme même d'Occitanie, reconnaissance d'une unité culturelle d'un territoire que ne préfigurait pas une unité administrative ou historique. Cette même année, le jeune Teatre de la Carrièra se produit sur le Larzac pour jouer Mort et résurrection de M.Occitania, une pièce qui interroge les contours de l'identité occitane. De fait, c'est en occitan que se forge le slogan symbolique du mouvement au cours de la montée sur Paris de 1973 : Gardarem lo Larzac. C'est également ces quelques mots qu'emploient deux ans plus tard les paysans pour baptiser leur revue (le premier numéro de Gardarem lo Larzac paraît en juin 1975). Langue maternelle de bien des paysans du Larzac, elle est par ailleurs omniprésente sur le plateau, car de fait, les principaux leaders et théoriciens de la langue sont présents lors de ces événements.
Plusieurs centaines de militants occitans sont présents sur le causse, entourant des figures majeures du mouvement comme Robert Lafont ou Yves Rouquette, fondateurs de la revue Viure, au son de la nouvelle chanson occitane représentée par Marti ou Patric. Luttes pour la langue et la culture occitanes se mêlent à la lutte politique pour la défense d'un territoire et de son identité. Sur ce point les différentes idéologies, paysannes comme occitanes, se rencontrent et collaborent. L'occitan participe donc du combat pour le Larzac. Surtout, le Larzac va contribuer à la réflexion et à l'organisation de l'occitanisme politique de cette époque.
Différents courants traversent alors le monde occitan, entre tenants d'une ligne purement littéraire, linguistique et culturelle, à l'instar des dissidents de l'I.E.O. du milieu des années 1960, Ismaël Girard et Bernard Manciet ; et ceux prônant une action également politique. C'est notamment le cas d'un des leaders du mouvement occitan sur le plateau : Robert Lafont. Ce dernier participe d'ailleurs à la création du mouvement d'extrême gauche Lucha occitana (Lutte occitane) en 1971.

Les limites du mythe occitan du Larzac

Le Larzac constitue une étape clé dans la réflexion et l'organisation du mouvement occitaniste contemporain. Il figure en ce sens, parmi les événéments fondateurs et érigés au quasi-rang de mythe par les occitanistes. Le Larzac, mouvement occitan ? Le choix d'un slogan en occitan, « Gardarem lo Larzac », symbolique du mouvement et devenu emblématique de celui-ci, pourrait nourrir une telle argumentation.
Toutefois les historiographes de la question, au premier rang desquels Wanda Holohan (Jacquerie sur la forteresse, 1975, Daniel Fabre, J.Lacroix, Communautés du sud (10/18), t.2 p.362-427), en nuancent cependant l'importance. La lutte paysanne se double bien d'une lutte occitane, mais il semble abusif de parler de militants paysans occitanistes; il s'agit plutôt de militants paysans d'une part, et de militants occitanistes de l'autre. Les deux furent présents sur le causse, poursuivant chacun un même but, mais selon des stratégies différentes. Ils connurent toutefois un point de convergence se trouvant davantage dans la langue et la culture occitanes, comme témoins d'une identité spécifique tant du côté paysans que de celui des occitanistes, ces derniers poussant la réflexion à une dimension plus politique encore. S'il paraît impossible de parler de militants paysans et occitanistes, il demeure qu'il y eut des paysans occitans, comme en témoigne le choix d'un slogan dans cette langue, sans qu'interviennent en cela plus qu'une reconnaissance d'une identité linguistique et culturelle spécifique. Face à un projet décidé dans les plus hautes sphères de l'État, la réaction en local questionne l'identité même des paysans. La reconnaissance de leur « occitanité » accompagne de ce fait la revendication d'une « dignité culturelle et sociale », le rappel face aux a priori nationaux d'un héritage civilisationnel riche, et devant être renconnu comme tel.

Bibliographie

TERRAL, Pierre-Marie. Larzac, terre de luttes : une contestation devenue référence, Privat, 2017 (cote CIRDOC : 944.7 LAR)
BURGUIERE, Christiane ; BURGUIERE, Pierre. Gardarem ! Chronique du Larzac en lutte, Toulouse, Editions Privat, 2011. (Cote CIRDOC : 944.7 LAR)
BANCAREL, Gilles. Larzac terre de conquêtes, Toulouse Loubatières, 1988. (Cote CIRDOC : CC 18-67)
HOLOHAN, Wanda. « Jacquerie sur la fortresse :  le mouvement paysan du Larzac, octobre 1970-août 1973 » in Communautés du sud : contribution à l'anthropologie des collectivités rurales occitanes, t. 2,  Malicorne-sur-Sarthe, 10/18, 1975
LE BRIS, Michel, Les fous du Larzac, Presses d'Aujourd'hui, 1975
LETORT, Solveig, Le Larzac s'affiche, Paris, Éditions du Seuil, 2011 (Cote CIRDOC : 944.7 LAR)
TERRAL, Pierre-Marie, Larzac. De la lutte paysanne à l'altermondialisme, Toulouse, Editions Privat, 2011. (Cote CIRDOC : 944.7 LAR).
Site internet : Mescladis e còps de gula, Jean-Pierre Cavaillé, "Le Larzac sans l'occitan" (post du 30/01/12)
vignette.jpg
L'Echo des Gourbis
Lafforgue, Jules (18..-1947)
Malzac, Franc
Cazes, Jean

L'Écho des Gourbis, « journal antipériodique des tranchées et boyaux », comme le dit son sous-titre, est “l'organe des troglodytes du front”. Rédigé par des membres de régiments du Quercy et de Gascogne, il publie d'amusants échos, des anecdotes plus ou moins authentiques, des articles, le tout sur un ton généralement humoristique. Le journal publie parfois des chants occitan, chaque numéro est agrémenté d’un livre d'or rempli par ses rédacteurs.

echo_boqueteau2.jpg
L'Echo du boqueteau

Publication des félibres de l'Escolo dóu Boumbardamen créée dans les tranchées de Remières, l’Echo du Boqueteau paraît dès 1915. Sortent d’abord trois numéros intitulés l’Echo de Remières qui cèderont la place à l’Echo du boqueteau. Sur l’année 1915 ce sont 45 numéros de cette revue bilingue (français/occitan) qui seront édités. En mars 1916, à la suite de la création d’une édition provençale L’Echo du boqueteau cesse d’être bilingue mais continue à publier de temps à autre des textes en occitan. Cette parution continuera tout au long de la guerre, sous trois formes à partir de 1917 : édition française, édition provençale et édition vellave avec plus de 300 numéros.

Voir aussi Buletin de l'Escolo dóu Boumbardamen et L'Ecò dóu bousquetoun

Exemplaires conservés

CIRDÒC (Béziers), fonds Jouveau [JOU 19-2] : n.13, 1917-n.14, 1917 ; BnF [4-LC6-281 (A)] : janv.-déc. 1916 [II, n° 1-2, 8-18, 23, 26-27, 29, 32, 36, 38, 41, 43, 59], janv.-oct. 1917 [III, n° 1-5, 7-9, 15-22, 24, 26-31, 33-36, 38-46 ; BnF Arsenal [RESERVE 4- JO- 12707 (16)] : n° 21 (23 avr. 1917) ; Bibliothèque du Puy-en-Velay [4164] : t. 1917 [III, n° 1-5, 7-9, 15-22, 24, 26-31, 33-36, 38-46] ; BM Besançon [PER.2880] : Depuis n°28 (oct1915); n°38 (mai 1916); N°54 (dec 1917 no. 28 (oct-1915) ; no. 38 (mai-1916) ; no. 54 (dec-1917) no. 28 (oct-1915) ; no. 38 (mai-1916) ; no. 54 (dec-1917) ; BM Clermont-Ferrand [A 65486] : Depuis 1917 jusqu'en 1918 [Certains exemplaires ne sont ni datés ni numérotés] ; BDCI Paris [FP RES 50] : Depuis vol.2 n°17 (1916) jusqu'au vol.4 n°12 (1918) [Lacunes vol. 2 no.17 (1916) - vol. 4 no. 12 (1918) [Lacunes]


Bibliographie

Boudon-Lasherme, Albert. Un journal de tranchée : l’Echo du boqueteau. Le Puy : Impr. des Félibres, 1919. [CIRDÒC : JOU C 308]

Charpentier, André, Feuilles bleu horizon : le livre d'or des journaux du front : 1914-1918. Paris. Impr. de Vaugirard, 1935

Edb.jpg
L'Ecò dóu bousquetoun

L’école félibréenne L'Escolo dóu Boumbardamen est née le 28 janvier 1915 dans une tranchée de Lorraine, à Remières. Fondée par Albert Boudon-Lashermes (1882-1967), elle comprend en grande majorité des félibres issus du Velay. Ses statuts précisent que "pour devenir félibre de l'Escolo il faut être soldat dans une unité combattante, être sur le front ou avoir été évacué comme blessé ou malade." Sa devise est "lou canoun me fai canta", variante humoristique de la devise mistralienne "lou soulèu me fai canta". Cette devise se trouve gravée sur plusieurs cagnas [abris] de première ligne. Les statuts de cette Escolo n’avaient qu’un article: “Li mèmbre de l’Escolo s’acampon quand podon e coume podon, pèr faire un boun repachoun e pèr felibreja”.

Dès 1915, l'Escolo dóu Boumbardamen édite sur le front trois numéros d'un journal intitulé L'Echo des cagnas de Remières qui cèdera vite la place à L'Echo du Boqueteau (45 numéros édités en 1915). Jusqu'en mars 1916, la revue est bilingue (français/occitan) tout en gardant son nom français.

C'est le 16 avril 1916 qu'est créée l'édition provençale intitulée L'Ecò dóu bousquetoun distincte de l'édition française qui continue tout de même à publier quelques textes en occitan. En 1917, Boudon-Lashermes lance une troisième édition parallèle de ce journal sous la forme d'une édition vellave (du Velay) intitulée L'Ecò dei Bousquetoun. Ces trois versions paraissent jusqu'en janvier 1919.

Né, comme tous les journaux du front, de l’ennui et du désoeuvrement de la vie de tranchée, L'Eco était imprimé avec un procédé de type "polycopie", moins coûteux et plus simple à mettre en place qu'une impression professionnelle en temps de guerre.

Exemplaires conservés :

  • CIRDÒC (Béziers)
    Cote : [JOU 19-2]
    État des collections : n.13, 1917-n.14, 1917
  • BnF (Paris)
    Cote : [4-LC6-281 (A)]
    État des collections : [1915] (n°34-46). juin 1916 [II, n°30-31] 1917 [III, n°1-3,12]
  • Bibliothèque du Puy-en-Velay
    Cote : 4164

Bibliographie :

Boudon-Lasherme, Albert. Un journal de tranchée : l’Echo du boqueteau. Le Puy : Impr. des Félibres, 1919. [CIRDÒC : JOU C 308]

gazet.jpg
Gazeto Loubetenco
Loubet, Joseph (1874-1951)
Joseph Loubet (1874-1951), félibre montpelliérain installé à Paris décide de soutenir ses amis félibres mobilisés par l’envoi d‘une correspondance régulière afin d’entretenir leur courage et leur apporter consolation. Il s’agissait au départ d’une feuille intime de ses amis et correspondants. En 1915 il trouve le moyen de relier entre eux tous ses correspondants par l’édition d’une chronique régulière réalisée à partir des lettres reçues de l’ensemble du front. Chez lui, boulevard de Vaugirard à Paris, il transcrit à la main les lettres sur une feuille (feuillet de 4 pages) qui est dupliquée et paraît chaque samedi. Dès son lancement la gazette connaît un succès important et son tirage passe de 60 à 100 exemplaires. Baptisée Gazeto Loubetenco, plus qu'un lien entre félibres combattants, elle devient rapidement un lieu d'échange d'idées qui participent au mouvement félibréen.

Exemplaires conservés

CIRDÒC [JOU 19-1] : n.17 (1915)-n.58 (1917)

Médiathèque d’Arles [RB 228 M], Médiathèque Emile-Zola (Montpellier) [MS 432] : n°1, 31 juillet 1915 - n°58, 30 juillet 1917.

Note de contenu

La gazette comportait à la fois des idées sur les buts félibréens, des souvenirs savoureux et des renseignements personnels sur les uns et les autres. En deux années paraîtront 58 numéros et 22 suppléments, soit un recueil de plus de 300 pages exclusivement écrites en occitan qui passe pour une oeuvre majeure de Joseph Loubet.

Bibliographie

INARD, Léon. La "Gazeto Loubetenco" et son "Grafié" (1915-1917). La France Latine. Paris, 1974, n° 58-59, p. 60-67.
buletin_escolo.jpg
Buletin de l'Escolo dóu Boumbardamen

L'Escolo dóu Boumbardamen est née le 28 janvier 1915 dans une tranchée de Lorraine, à Remières. Fondée par Albert Boudon-Lashermes (1882-1967), ses statuts précisent que "pour devenir félibre de l'Escolo il faut être soldat dans une unité combattante, être sur le front ou avoir été évacué comme blessé ou malade." Sa devise est "lou canoun me fai canta", variante humoristique de la devise mistralienne "lou soulèu me fai canta".
L'Escolo dóu Boumbardamen publie régulièrement un journal "L'Ecò dóu Bousquetoun". En 1916 une partie de ses collaborateurs a disparu et un grand nombre d'entre eux, dont Albert Boudon-Lashermes, sont hospitalisés. C'est Francis Pouzol qui va permettre la survie du mouvement en créeant un nouvel organe, Lou Buletin de l'Escolo dóu Boumbardamen et en recrutant de nouveaux membres parmi les félibres de sa connaissance épars sur le front.

Exemplaires conservés

CIRDÒC (Béziers), fonds Jouveau [JOU 19-5] : [1916] 12 numéros

Note de contenu

 Ce journal est conçu et rédigé sur le front (dupliqué à la pâte à polycopier). Il  va permettre aux jeunes félibres d'échanger leurs idées et leurs projets concernant l'organisation du Félibrige, qu'ils n'hésitent pas à critiquer.

sus 13