Explorar los documents (5132 total)

vignette-era-bouts-3.jpg
Era Bouts dera mountanho. - Annada 38, n°05, setemb.-oct. 1942
Palmade, Jules (1898-1967). Directeur de publication
vignette_era-bouts-4.jpg
Era Bouts dera mountanho. - Annada 38, n°04, juil.-aoûst 1942
Palmade, Jules (1898-1967). Directeur de publication
vignette-era-bouts-3.jpg
Era Bouts dera mountanho. - Annada 38, n°03, mai-junh 1942
Palmade, Jules (1898-1967). Directeur de publication
vignette-era-bouts-3.jpg
Era Bouts dera mountanho. - Annada 38, n°02, mars-abrièl 1942
Palmade, Jules (1898-1967). Directeur de publication
vignette_57319.jpg
Daudet, Alphonse
Lagarda, Andrieu. Trad.
Quin plaser d’escotar La cabra de Monsen Seguin, Lo curat de Cucunhan, l’Elixir del Reverend Paire Gauchèr, La muòla del Papa, Lo secrèt de mèstre Cornilha o Las tres messas bassas. Dins una lenga linda e agradiva, Andrieu Lagarda nos balha una polida traduccion dels contes tirats de Les lettres de mon moulin d’Alphonse Daudet, òbra classica de la literatura francesa.

Illustracion de S. Vissière

Contes dits per Maria-Odila Dumeaux
vignette_57318.jpg
Larradet, Benoit
Lo bearnés José Lostalet, vadut gaucho dens la pampa argentina, ne sabarà pas jamei qu’un tròç de husta ei arribat a Punta Blanca. Quin poderé imaginar que son gessits de la medisha tèrra, eth e lo pau ? Annadas en darrèr, l’indian Talcaolpen qu’èra estat lo sol òmi qui avèva podut audir lo planh de l’avet. Ua epòca trespassada qui a engolit las dolors de l’un e de l’aute. Jamei aiga non cor capsús, un roman de Benoit Larradet d’escritura rica e sensibla sus l’anar deus òmis e autas destinadas au briu de las aigas.
vignette_56303.jpg
Gouiran, Gérard
Raguin, Marjolaine. Éd.
Suite du Tome I paru en 2016, ce volume achève notre publication des principales études publiées par Gérard Gouiran depuis les années quatre-vingt dans la Revue des Langues Romanes, dans Senefiance (revue du CUERMA) et dans différents actes de congrès et de colloques, concernant l’œuvre de Bertran de Born et des autres troubadours des XIIe-XIIIe siècles. De Bertran de Born sont repris les sirventés et les planhs concernant ses relations avec les Plantagenêts et Richard Cœur de Lion, la Couronne de France, les croisades et les relations avec le monde sarrasin. Une deuxième partie est consacrée à l’amour courtois et aux personnages féminins (la Belle Aude, Flamenca, la Sarrasine Braslimonde héroïne de Roland à Saragosse), connus pour tenir des rôles, en Occitanie, très supérieurs à ceux qui leur sont dévolus dans la France du nord. La troisième et dernière partie est consacrée au genre sirventes et à la position culturelle et sociale des troubadours et des jongleurs occitans, notamment pendant les guerres albigeoises.
vignette_56302.jpg
Loddo, Daniel
Cornemuse es-tu chèvre ? Ieu sabi un conte – moi je sais un conte… ou plutôt quatre. Suivez les histoires de Farandòla une chèvre têtue et courageuse qui refuse de se plier à la loi des hommes… Anem… Sautatz sus son esquina – sautez sur son dos e fai tirar ! En avant la musique ! Retrouvez chèvres, cornemuses, musiciens et instruments, êtres légendaires tel que le Drac et magiciens dans quatre contes à lire et à écouter !

Le livre : textes en occitan illustrés suivis de leur traduction française paginée. 60 pages
Le CD : contes en occitan dans un paysage sonore et musical. 55 mn
Textes de Daniel Loddo et illustrations de Coline Trubert.
vignette_56301.jpg
Desnouveaux, Florence
Hudrisier, Cécile
Qu’ei l’istòria d’ua manofla roja pausada peu vent sus la nèu deu camin. Murgueta que passa per aquiu. – Quina escadença ! Un ostau de lan ! Quauquarrés i serén ?

Un conte d’origina russa revirat deu francés per Clàudia Labandés
vignette_56300.jpg
London, Jack
Beziat, Pèire. Trad.
Revirada occitana de La Peste écarlate de Jack London.

Tres dròlles, vestits de pèls de bèstias gardan las cabras amb lor papeta sul ribairés. Sèm pas a l’Edat de la Pèira, mas en 2073 ! Lo vielhon, un còp èra professor d’universitat de la Baia de San Francisco, ten de repapiar del temps vièlh d’abans 2013 e de la Pèsta Escarlata. Pel darrièr còp, benlèu, ensaja de contar als salvatjons, pas tròp escotoses, l’epòca que los òmes èran tot-poderoses e cossí la pèsta anientèt gaireben tota l’umanitat. Mas l’espèr demòra. La civilizacion, la cal tornar bastir, emai s’aquò prendrà de temps ! A la nòstra epòca, aquesta distopia, quasi profetica, revestís una estonanta modernitat.
sus 514