Explorar los documents (554 total)

vignette_55982.jpg
Memòrias de Robèrt Ruffi
Ruffi, Robert (1542-1634)

Manuscrit MQ 112 appartenant au Musée-Bibliothèque Paul Arbaud d'Aix-en-Provence

Description physique

Reliure parchemin rigide avec lien en état. Numéro inventaire ms. « 6803 » au contreplat sup.
26,5 cm. 301 f. (soit 602 p.)
Composition du recueil :
- 180 f. (p. 6 à 19 découpées, manquantes)
- 92 f.
- 29 f.

vignette_55978.jpg
Obras poeticas (en provençal) de Robèrt Ruffi
Ruffi, Robert (1542-1634)

Manuscrit MQ 111 appartenant au Musée-Bibliothèque Paul Arbaud d'Aix-en-Provence

Description physique

Reliure maroquin rouge, décor fer doré sur les plats.
Dos, quatre nerfs apparents, fers dorés entre-nerfs.
Ex-libris Paul Arbaud « Mi fan gau » sur étiquette imprimée en noir et blanc.
25 cm. 84 f. parchemin (soit, 168 p., dont 7 p. vierges dans le texte).

vignette_55921.jpg
correspondéncia / Théodore Calbet
Calbet, Théodore (1862-1949)

Théodore Calbet a  suivi  les  cours  par  correspondance  du  Collège  d’Occitanie  à  partir  de septembre 1943.
Dans les archives du Collège d’Occitanie conservées à la médiathèque occitane de Béziers, quatre  lettres  (cote  CP  012/10)  adressées  à  Joseph  Salvat  (un  des  fondateurs  du  Collège d’Occitanie en 1927 à Toulouse, avec Prosper Estieu) témoignent de sa volonté de parfaire ses connaissances de la graphie normalisée occitane. 

Pour en savoir + sur Théodore Calbet et voir la transcription des lettres : lien vers le mémoire unviersitaire de Laëtitia Maux

vignette_55921.jpg
Essais poétiques / Théodore Calbet
Calbet, Théodore (1862-1949)

Recueil factice de poèmes et chansons en graphie classique de Théodore Calbet.
Le recueil contient également quelques remarques générales sur la prononciation et l'écriture de la langue d'oc.

Pour en savoir + sur Théodore Calbet : voir le mémoire unviersitaire de Laëtitia Maux

vignette.jpg
poemias de guerra de Raymond Raymondie
Raymondie, Raymond (1884-1922)

Le cahier personnel de Raymond Raymondie datant de la Première guerre mondiale comporte des témoignages vécus et des essais littéraires.
Ces écrits témoignent du parler ou de tournures propres au biterrois.

La famille de Mr Raymondie a mis à disposition du CIRDOC - Institut occitan de cultura cette version numérisée.

vignette_55866.jpg
Los idiòmas del miègjorn de la França per Morteyrol, erudit peiregordin
Morteyrol, Jean-Baptiste
vignette_55864.jpg
Poesias en occitan peiregordin amassadas per J. B. Morteyrol

Recuèlh de poesias en patés peiregordin :

  • Églogues de Virgile, traduites en vers patois périgourdins, par M. B***, bourgeois de la ville d'Excideuil, vers l'an 1745
  • Chansons périgourdines
  • Chansou daü baillatge daü Périgord
  • Chanson de taülo
  • Fragments d'une comédie du XVIIIe siècle en patois de Bergerac
vignette_55861.jpg
Manuscrit del erudit peiregordin Jean-Baptiste Morteyrol sus l'istoria d'Aquitània
Morteyrol, Jean-Baptiste
Manuscrit de las colleccions de la mediatèca Pierre Fanlac : es disponible sul site de la bibliotèca numerica de la vila de Periguers.

Veire lo manuscrit
vignette_55838.jpg
las humours a la lorgino / Michel Tronc
Tronc, Michel (15..?-15..?)

Michel Tronc (1562 ? - 1596) originaire de Salon-de-Provence est un poète-soldat, auteur de sonnets, chansons, pièces diverses rassemblées dans ses oeuvres manuscrites las humours a la lorgino.

Il n’eut pas le temps de publier son manuscrit. La tâche fut confiée par la famille du poète à Pierre Paul, celui qui en 1595 avait publié les œuvres de Bellaud. Il effectua des corections dans le manuscrit mais le livre ne vit pas le jour. 

Las humours a la lorgino sont conservées à la Bibliothèque Inguimbertine à Carpentras qui a généreusement mis à disposition cette numérisation. 

vignette_55819.JPG
Histoire de l'Ancien Testament / [Chanoine Louis Puech ?]
Puech, Louis (1624-1686)

Jean-Louis Scipion PUECH (Aix, 21 janvier 1624 - Aix, 15 juillet 1688)  

Louis Puech est un chanoine et poète provençal du XVIIe siècle. 
Il fut nommé prieur de la Tour-de-Bevon près de Sisteron puis il fit partie du chapitre métropolitain de St-Sauveur et devint enfin titulaire du prieuré de Baoux, dans le diocèse d’Apt. 
Très tôt on le remarqua pour son goût pour la poésie, il excellait surtout dans les noëls et dans les vaudevilles. Il avait également l’esprit disposé à la satire et n’hésitait pas à critiquer son époque. 

Pour en savoir + consulter :  

Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes.... 34. Pomaré-Quix / publ. sous la dir. de M. Michaud ; ouvrage réd. par une société de gens de lettres et de savants, 1843-18.., 

Résumé 

Seul le titre de ce manuscrit est en français, la totalité du texte est en provençal. Il raconte l'Histoire de l'Ancien Testament, en cent soixante-sept strophes au rythme du Noël dei Boumian. Après l'histoire des Machabées, l'ouvrage continue : une strophe est consacrée à l'édit de l'empereur Auguste, une autre à la naissance de Jésus-Christ, une troisième, à la visite des trois rois, enfin une quatrième strophe portant pour titre “Visito dei Boumian” sert à relier avec le reste de l'ouvrage le fameux noël qui en forme la conclusion.  Il s'agit peut être de l'original même de Puech dont celui-ci n'aura publié que le dernier épisode qui est, à vrai dire, la partie la plus remarquable de tout l'ouvrage ou il s'agit simplement d'un amateur de poésie provençale. C’est un mystère qu’il faudrait élucider. 

Li Noué dei Boumians

Son plus célèbre noël est intitulé li Boumian (les Bohémiens). Il est constitué de douze couplets de onze vers qui mettent en scène des bohémiens  lisant dans les lignes de la main de l'enfant Jésus sa destinée, de sa Passion à sa résurrection à l’enfant Jésus. Ce motif avait été développé par Lope de Vega dans Pastores de Belen. 

Comme le rapporte la Biographie universelle ancienne et moderne de M. Michaud : 

 “Quand ce noël parut, des envieux dénoncèrent son auteur au cardinal de Grimaldi. Celui-ci reprocha durement au chanoine d’avoir mêlé les saints mystères de la religion à des scènes de bohémiens païens et vagabonds. Le poète répondit en présentant au prélat irrité le noël espagnol de Lopez de Vega, dont le sien n’était qu’une imitation ; il allégua de plus que cette composition avait reçu l’approbation du tribunal ecclésiastique, à cette époque assez ombrageux en matière de foi ; enfin il chanta son noël. Le cardinal, revenu de son erreur, tendit la main au chanoine poète et le combla de louanges”.

A l’époque d’Argens et de Lamettrie le chantaient en petit comité à la cour de l'empereur prussien Frédéric. 
Il jouit encore de nos jours d’une grande popularité dans toute la Provence. 

sus 56