Explorar los documents (39 total)

vignette.jpg
Las voses de la modernitat
Centre inter-régional de développement de l'occitan (Béziers, Hérault)
VEIRE LA MÒSTRA

Las Voses de la modernitat - Les voix de la modernité es una invitacion a descobrir una creacion poetica viva e rica, un dialòg amb lo Monde e l'Istòria, luenh del ponciu d'una cultura occitana forçadament « provincializada ». Celebracion de l'oralitat poetica, aquel percors virtual permet d'accedir a d'extraches mas tanben a de tèxtes complèts e dona a ausir, quand lo document existís, lo poèma mes en votz, de còps dins la votz meteissa del poèta. Es un percors virtual dinamic, que sens cercar l'exaustivitat, evoluís en foncion dels rescontres e dels projèctes.

Aital, en seguida de la coproduccion del cofret Arbres per las edicions Cardabelle e lo CIRDÒC, Voses vos propausa un angle d'interpretacion novèl, el rescontre entre las arts poeticas e fotograficas iniciat per l'artista Georges Souche. Arbres es una primièra seria de 12 cartas postalas que propausan 12 extraches de tèxtes d'unas de las grandas voses de la poesia occitana del sègle XX : Leon Còrdas, Max Roqueta, Marcèla Delpastre, Renat Nelli... De tèxtes que las fotografias de Georges Souche i fan resson a l'entorn d'una meteissa figura emblematica, l'arbre. Una descobèrta de la literatura occitana sus supòrt grafic que Voses propausa de perseguir e d'aprigondir en linha, gràcias a un sistèma de ligams e de flashcodes.
encyclo_chanson 2.jpg
Les versions du chant "La Pernette se lève"
CIRDÒC (servici question-responsa)
Votre question : Bonjour, je recherche une version , la plus ancienne possible , de "La pernette se lève" en occitan. Merci 

Notre réponse :


La Pernette se lève est une complainte très ancienne répandue dans toute le territoire français, plus particulièrement dans le Sud et le Nord-Ouest de la France. Elle raconte l'histoire d'une jeune fille pleurant son promis en prison et condamné à mort. Elle refuse tout autre mariage et demande à être tuée et enterrée en même temps que son compagnon. Cette histoire est très similaire à celle d'une autre complainte française bien connue : Ne pleure pas Jeannette.

Quelques spécialistes de la tradition orale française, en particulier Georges Doncieux (1856-1903) et Patrice Coirault (1875-1959), se sont penchés sur les origines de cette chanson et la font remonter au XVe siècle.
 
Dans son article La Pernette : origine, histoire et restitution critique d'une chanson populaire romane publié en 1891 dans la revue Romania (article consultable en ligne sur Gallica), Georges Doncieux atteste la présence de cette chanson dans de nombreux recueils depuis le XVe siècle. La chanson est aussi présente dans les collectages menés par les folkloristes et les ethnologues à partir du XIXe siècle. C'est principalement dans ces collectages contemporains que l'on trouve des versions occitane de cette chanson. 
 
Patrice Coirault, dans son Répertoire des chansons françaises de tradition orale,  fait le recensement de toutes les versions connues de cette chanson. Dans les sources anciennes, P. Coirault repère plusieurs formes archaïques et quelque peu éloignées du chant tel qu'on le connaît aujourd'hui. Elles sont toutes présentées dans les recueils ou manuscrits ci-dessous sous le titre ou l'incipit La Belle se sied au pied de la tour ou La fille du roi est auprès de la tour. Il ne nous a pas été permis de retrouver une version ancienne en occitan dans les sources repérées par Coirault.
 

Sources anciennes du chant :

 
  • Manuscrit de Bayeux, Chansons Normandes du XVème siècle.
    Consulter l'ouvrage en ligne

  • Ms. NAF 6771 : Recueil de chansons italiennes et françaises, avec musique notée, copiées en Italie, XVe siècle.
    Consulter l'ouvrage en ligne

  • Ms. NAF 4379 : Recueil de chansons, motets, etc., en français, latin, italien et allemand ; avec musique notée, XVe-XVIe siècles.
    Voir la description du document 

  •  Marbrianus de Orto, Misse... Dominicalis, J'ay pris amours, cum duobus Patrem, l'omme armé, la bella se sied, Petita camuseta, Venezia : Petrucci, 1505.
    Consulter l'ouvrage en ligne

  • Adrien Le Roy, QUART LIVRE DE CHANSONS, // composées à quatre parties par bons et excellents musiciens, // Imprimées en quatre volumes. [Marque de Le Roy et Ballard.] // A PARIS. De l'imprimerie, d'Adrian le Roy, et Robert Ballard, Imprimeurs du Roy, // rue S. Iean de Beauvais, à l'enseigne S. Genevieve. 2. Decembre 1553. // Avec privilege du Roy pour neuf ans. //, [S.l.] : [s.n.], 1553
    Consulter l'ouvrage en ligne 

  • La Fleur des Chansons amoureuses où sont comprins tous les airs de Court recueillis aux Cabinets des plus rares poètes de ce temps,Rouen : Adrian Delaunay, 1600, p. 378

  • Non le tresor ny le trias ne le cabinet, moins la beaute, mais plus, la fleur ou l'eslite de toutes les chansons amoureuses et airs de court. Tirez des oeuvres et manuscripts des plus fameux poëtes de ce temps, Rouen : chez Adrian De Launay, 1602.

  • Airs de Cour comprenans le trésor des trésors, la fleur des fleurs et eslite des chansons amoureuses, extraites des oeuvres non encor cy devant mises en lumière des plus fameux et renommez poètes de ce siècle, Poitiers : P. Brassart, 1607
    Consulter l'ouvrage en ligne 

  • Meslanges de musique de Jacques Le Fèvre, Paris, P. Ballard, 1613.

  • Manuscrit Livre des vers du lut, conservé à la bibliothèque Méjanes, début du XVIIème siècle.
    Voir la description de l'ouvrage

  • Le Dernier Trésor des chansons amoureuses. Recueillis de plus excellents airs de court, et augmentez d'une infinité de très belles chansons nouvelles & musicales, A Rouen : de l'immpie de Martin Le Mégissier tenant sa boutique au haut des degrez du Palais, 1614.
    Voir la notice de l'ouvrage

  • Manuscrit : Recüeil de chansons plus anciennes que nouvelles... copiées pendant mon séjour à la Grange-aux-Ormes en 1761. Pour Mlle B.A., 1761.

  • Jules Borgnet, Les passe-temps d'un greffier d'autrefois, Messager des sciences historiques, des arts et de la bibliographie de Belgique, XIII, 1851.

  • Stainer, John, Dufay and his contemporaries, fifty compositions ranging from about A. D. 1400 to 1440, transcribed from Ms. Canonici misc. 213 in the Bodleian Library Oxford, by J. F. R. Stainer,... and C. Stainer, with an introduction by E. W. B. Nicholson,... and a critical analysis of the music by Sir John Stainer,..., London : Novello, 1898.
    Voir la notice de l'ouvrage



Versions occitanes du chant La Pernette :

 
Les folkloristes et collecteurs ont été nombreux au cours du XIXe siècle à relever dans leurs recueils des versions de La Pernette, nous listons ici seulement les versions du chant en occitan :

  • Alphonse Lamarque de Plaisance, Usages et chansons populaires de l'ancien Bazadais, Bordeaux : [s.n.], 1845.

Études sur le chant :

  • Georges Doncieux, La Pernette : origine, histoire et restitution critique d'une chanson populaire romane IN Romania, Paris : Société des amis de la Romania, T. 20, 1891.
    Consulter l'article en ligne

  • Vincent d'Indy, La Pernette IN Chansons populaires recueillies dans le Vivarais et le Vercors par Vincent d' Indy, mises en ordre, avec une préface et des notes par Julien Tiersot..., Paris : Heugel, 1892. 
    Localiser les exemplaires de l'ouvrage 
    Consulter l'ouvrage en ligne

  • Patrice Coirault, La Pernette IN Répertoire des chansons françaises de tradition orale, I. La poésie et l'amour, Paris : BnF, 1996. p.153

expo-flamenca.JPG
Flamenca : Lo cap d'òbra desconegut
Centre inter-régional de développement de l'occitan (Béziers, Hérault)
ACCÉDER  À L'EXPOSITION EN LIGNE

Flamenca est un roman anonyme de 8095 vers octosyllabiques composé en ancien occitan vers le milieu du XIIIe siècle.
L'oeuvre raconte les amours de Guilhem de Nevers, jeune chevalier français doté de toutes les vertus physiques et morales, et de la belle Flamenca.
Le récit commence par la demande en mariage de Flamenca par Archambaut de Bourbon. Les noces sont célébrées avec faste à Nemours pendant huit jours puis suivent les festivités de l’arrivée de Flamenca à Bourbon. La description extraordinairement détaillée des fêtes de Bourbon, des danses, des musiques, des œuvres littéraires qui sont jouées, « le plus incroyable déploiement de culture vivante dont on puisse rêver » selon Yves Rouquette, ont fait de Flamenca un portrait exceptionnel de la société courtoise et ont pu lui donner l’image d’un roman historique.

medaillon.png
Les carnets de guerre Marguerite Genès, félibre limousine
Genès, Marguerite (1868-1955)
Brive-la-Gaillarde (Corrèze). Archives municipales
Marguerite Genès (1868-1955) fut une des personnalités importantes de la renaissance d'oc en Limousin dès les années 1890, autour de l'action de l'abbé Joseph Roux (1834-1905), chef de file du Félibrige limousin.
En savoir + sur Marguerite Genès : consulter l'article dans vidas.occitanica.eu

Marguerite Genès a tenu un carnet régulier pendant toute la durée de la guerre de 1914-1918. Conservés aux archives municipales de Brive-la-Gaillarde, ces manuscrits inédits sont progressivement publiés sur un site dédié, réalisé avec les élèves du lycée Georges Cabanis. Le site 14-18.brive.fr fait partie des projets labellisés par la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale.


Capture d'écran du site Internet 14-18.brive.fr
vignette_03458.jpg
Site internet oficial del pintre Pierre François
Les Amis de Pierre François. Directeur de publication
Peintre originaire de Sète, Pierre François (1935-2007) cite parmi ses références Raoul Dufy, Henri Matisse ainsi qu'Antoni Gaudí.

Ses liens avec le milieu occitan sont multiples : il illustre des textes de Marie Rouanet, notamment Oremus pour un produit de consommation en 1970, et d'Yves Rouquette (Messa pels porcs, Misericordias, etc.). Dans ses linogravures pour La Boca a la paraula (texte écrit par Joan Larzac, 1971), il emploie son nom sous sa forme occitane : "Pèire Francès".

[imatge id=21608]Dans les années 1970, continuant à illustrer des textes occitans, il réalise de nombreuses couvertures pour la collection A tots de l'IEO et des pochettes de disque pour les productions Ventadorn. Il crée également des décors, costumes et affiches pour deux pièces du Théâtre de la Carrièra.

En 1974, il collabore avec le Théâtre des Carmes d'André Benedetto, sur la pièce Esclarmonda entre autres. La même année, il participe à la Mòstra del Larzac.

Pierre François a également collaboré avec le CIDO (Centre international de documentation occitane, à l'origine du CIRDÒC) notamment sur l'exposition De la natura de quauquas bèstias dont les textes sont signés Yves Rouquette.

Consultez ici le site officiel de Pierre François
gascogne16.JPG
« Je recherche des chansons et proverbes autour des bugadièras. »
Lo CIRDÒC-Mediatèca occitana

Chaque année, différents marchés traditionnels et foires aux métiers anciens mettent à l'honneur des gestes et outils rendus obsolètes par les technologies nouvelles. Les bugadièras (que l'on pourrait traduire par « lavandières ») ont aujourd'hui disparu. Toutefois, de ces périodes où la bugada (lessive) constituait un événement en soi, un moment de sociabilité, il demeure un ensemble d'images, de représentations, mais également de chants et de textes.

 



La bugada et les bugadièras

    Jusqu'à la démocratisation de la machine à laver dans la seconde moitié du XXe siècle, la lessive constituait un important et laborieux travail laissé principalement à la charge des femmes. D'une famille et d'une époque à l'autre, la périodicité de la bugada (à considérer comme la « grande lessive », et non celle du quotidien) a pu évoluer (en fonction de la pile de linge encore frais disponible dans les armoires notamment). Il faut noter en effet la difficulté que représentait autrefois la manœuvre, ainsi que le temps nécessaire à son exécution : généralement, une semaine entière. Complétée au besoin par de petites lessives plus fréquentes, la grande lessive familiale ne se renouvelait dans les temps les plus anciens qu'une à deux fois dans l'année. (On évoque à ce propos un moment particulier, quasiment de fête, où se retrouve la notion de pureté sacrificielle que l'on rencontre également dans d'autres fêtes calendaires, comme les feux de la Saint Jean par exemple, cf. article ICI).  

    Les techniques évoluant et le linge adoptant des matières plus fragiles peu adaptées à la bugada traditionnelle, le rythme et les pratiques se modifièrent progressivement. Certaines familles aisées ou citadines firent également appel à des bugadièras professionnelles. Au nord de Montpellier, la population féminine de Grabels (34) se spécialisa ainsi assez tôt dans cette pratique, opérant tout au long de l'année et ce, par tous les temps. Des bugadièras itinérantes, recrutées de maison en maison, circulaient d'un village à l'autre.

 

 



Le lexique occitan de la bugada

Lou Tresor dóu Felibrige de Frédéric Mistral (Aix-en-Provence : J. Remondet-Aubin, 1886) recense un nombre important de mots relatifs à cette pratique et aux outils s'y rattachant.

« Bugado, bujado (périg. Velay), buiado (lim.), buisado (for.), buado (l.d.), buaio, bua, bujau (a.), buia, buec (for.d.), (rom.bugada, buada, cat.esp.bugada, it.bucato), s.f. Buée, lessive, linge de lessive, v.caidido, leissièu, ruscado ; perte considérable en argent ou en embonpoint, v.estoufado, perdo. Tinèu de bugado, cuvier de lessive. […]. »

Se penchant sur l'étymologie de ce terme, Mistral avance plus loin : « Le mot bugado vient de bou, bouc, trou, parce que la lessive est proprement l'eau qui passe par le trou du cuvier. »

Quant à celles (le masculin n'existant pas à ce sujet) qui procèdent à cette bugado (ou bugada en graphie standardisée) :

Bugadiero, bugadièiro (l.), buadièiro (rouerg.), bujadièiro, bujandiero (lim.), buièiro, bugandiri (d.), buandèiri, buiandìri (for.), (rom.b.lat.bugadiera, it.buandiera), s.f. Buandière, lavandière, blanchisseuse, v.lavarello ; cuvier à lessive, v.tinèu ; buanderie, lieu où l'on coule la lessive, v.couladou ; t.de savonnerie, compartiment dans lequel on met le mélange des substances salines dont on veut tirer la lessive, saponaire officinale, plante dont on se sert pour nettoyer les étoffes, v.sabouniero ; liseron de Biscaye, liseron des champs, plantes, v. courrejolo.

Figurent également les dérivés suivants :

Bugadarié, bujandario (lim.), s.f. Buanderie où l'on fait les lessives, métier de buandière, v.couladou. R. bugada.

Bugadié, bugadiè (l.), bujadiè (rouerg.), bugadè (g.), bugadèi (bord.), bujadié (lim.), bugeié (a.), buié (d.), (rom. Bugaduy, bugey, cat., bugader), s.m. Vase de terre pour lessiver le linge, terrine à savonner, v.gaveto ; cuvier à lessive, v.rusquié, tinèu ; buanderie, v.couladou.

Mais également les termes et verbes : bugada (bugadar) ; bugadage, bugadarié, bugadasso, bugadeto, bugadié, bugadierasso, bugadoun, bugadounat, bugadounet. 

Concernant les dictionnaires français, nous trouvons trace du terme de « bugadière » dans celui d'Émile Littré (Dictionnaire de la langue française, Chicago, Encyclopaedia Britannica, édition 1982) : « S.f. Cuve en maçonnerie pour faire le savon. » évoquant ainsi davantage l'outil que son utilisatrice.

 

Les étapes de la bugada :

La pratique de la bugada traditionnelle a pu être bien identifiée dans nos régions grâce à un ensemble de témoignages, qu'ils soient oraux (recueillis au cours de divers collectages), iconographiques (peintures et cartes postales, telle celle présentée en regard), ou écrits. Cette bugada à l'ancienne faisait intervenir un lexique conséquent, dont voici quelques éléments (la liste n'étant pas exhaustive). Notons ainsi, et selon la liste dressée par Joseph-Eugène Claustre dans son ouvrage Les Bugadières de Grabels (Lou dragas, Grabels, 1996) :

- reconéisser : séparation entre le blanc et les couleurs

- desalivar : durant ce « prélavage », le linge est abondamment trempé et brossé sommairement pour enlever la saleté superficielle.

- entinar : mettre dans la tina, la cuve. Celle-ci, percée à sa base, est mise en communication avec lo tampòt, creusé dans le sol ou un baquet (sceau en bois).

Le linge est par la suite entassé dans la cuve, avant que l'on ne verse sur lui le lessiu (lessif).

- caudejar : il s'agit là d'une longue manipulation qui consiste à verser l'eau chaude sur les cendres disposées sur le haut de la pile. L'eau s'écoule alors progressivement entre les différentes couches et ressort par le tampòt, qui permet de récupérer ce lessif et de le réutiliser (pour la même lessive, ou, à la fin de la procédure, pour laver les sols, par exemple). L'eau, durant l'opération, est continuellement chauffée. Une fois les différents passages effectués – la bugadière détermine le dernier passage à la couleur du lessif, la bugada peut reposer.

- desentinar : une fois la cuve vidée commence le rinçage. Celui-ci peut avoir lieu dans un lavoir (privé ou communal), mais également à la rivière. Chaque linge est alors savonné puis battu à l'aide d'un batedor (battoir) qui permet notamment de faire ressortir les couleurs, mais surtout d'essorer le linge. Pour obtenir un blanc bien clair, certains linges sont plongés dans des bacs d'eau froide contenant du bleu azur, des boules de bleu.

- espandir : étendre le linge, pour le faire sécher. Il s'agit de la dernière étape. On étend le linge, le plus fréquemment directement dans l'herbe, sur des espandidors de plein air.

Ce lexique est par ailleurs complété par un ensemble d'outils et d'éléments du costume de la lavandière, destinés à la protéger des conditions climatiques souvent difficiles liées à une pratique annuelle. Nommons ainsi pour les principaux d'entre eux lo banquet, tréteau utilisé afin d'égoutter le linge ; et lo sanlaje, tablier de toile raide imperméabilisée parfois porté par les bugadièras.

 

 



La bugada dans les textes et l'imaginaire collectif

La bugada constitua durant des siècles un des temps de la vie quotidienne, principalement de celle des femmes. Bien ancré géographiquement, par la situation des lavoirs notamment, il l'était également sociologiquement dans la vie des villes et villages.

Demeure en relation avec cette activité un nombre conséquent de textes, chansons, proverbes mais également photos et peintures témoignant de cette pratique et de son impact sur l'imaginaire collectif.

 

 



 

Proverbes

Nous devons à Frédéric Mistral et à son Tresor dóu Felibrige de connaître un certain nombre de proverbes et expressions, relevés par lui au cours de la rédaction de son ouvrage-somme. La plupart d'entre eux sont révélateurs de l'importance et du mérite reconnus aux bugadièras, au vu de la pénibilité de leur travail, tel : « Tan plan l'ivèr coume l'estiéu, li bugadiero van au riéu. » (Lou Tresor dóu Felibrige), dont la traduction pourrait être : « Tant l'hiver que l'été, les bugadières vont au ruisseau » ; ou le plus ironique : « Li bugadieros dóu riéu/ Manjarien soun ome viéu. » (Lou Tresor dóu Felibrige) « Les bugadières du ruisseau/ Mangeraient leur mari (tout) vif ».

D'autres, au contraire, relèvent les traits généralement associés à ces femmes, et aux discussions autour du lavoir, lieu où se transmettent les informations (et les rumeurs). Tel est ainsi le cas de : « front de bugadiero, effronterie de harengère ; que bugadiero ! Quel bavard ! » (cf. Frédéric Mistral, Lou Tresor dóu Felibrige, définition de Bugadiero). C'est d'ailleurs le nom de cette profession que le Niçard J. Bessi choisit en 1871 pour baptiser son nouveau journal (La Bugadiera, Nice, 1871-1880). On dit aussi : « Lengut coma una bugadièra » (avoir la langue bien pendue comme une bugadière).

 

Notons enfin quelques expressions et dictons relatifs à la pratique :

« Que fai bugado entre Caremo e Carementrant/ Li bugadiero moron dins l'an. » : Qui fait sa lessive entre Carême et Carême-prenant, la bugadière meurt dans l'année. (superstition particulièrement répandue semble-t-il et relevée par de nombreux collecteurs).

« Las sorbras dal flascon de las bugadièiras garisson las fèbras » : Les restes de la gourde des lessiveuses guérissent les fièvres. Ce dicton souligne la réputation de bonne santé de ces bugadièras, solides travailleuses dont les « cueissas frescas » (Cf. ouvrage Grabels) furent également vantées.

Notons enfin quelques-unes des devinettes et historiettes, le plus souvent relatives au batedor (le battoir) et jouant souvent sur les double-sens :

« Dintra sec, sortís trempe, e fa remenar lo cuol a las femnas ? »

« Un pan de coeta per divertir la dameta ? »

 

 



Les bugadièras dans la littérature occitane

La littérature occitane accorde également une place à ces femmes dans la galerie des portraits d'une époque aujourd'hui révolue. Le poète du Lot-et-Garonne Paul Froment (lien vers sa présentation) propose ainsi La Bugada dans son ouvrage A trabès regos (A travèrs regas en graphie normalisée). Dans ce recueil datant de 1895, le jeune poète (il a alors vingt ans) chante sa campagne, ses paysages et ses habitants.

En voici ci-dessous les premières lignes, parfois reprises dans les cartes postales anciennes de l'époque.

 

La bugado/ La bugada

Se soun lebados pla mati/ Se son levadas plan matin

Las labairos, e, per parti,/ Las lavairas e, per partir,

Biste, sans se trop escouti,/ Viste, sans se tròp escotir,

Cadunp al galop s'es coufado ;/ Caduna al galòp s'es cofada;

D'un grand pas lou pitiou troupel/ D'un grand pas lo pichon tropèl

Camino cat al ribatel ;/ Camina cap al rivatèl;

Dins de descos, sul toumbarel/ Dins de descas, sul tombarèl

Lous beus ban traina la bugado./ Los buèus van trainar la bugada.

Froment, Paul, A trabès régos : rimos d'un pitiou paysan, Villeneuve-sur-Lot ; impr.B. Delbergé, 1895. Texte original et transcription en graphie standardisée.

 

Au début de l'ouvrage En terra galesa (En terre gauloise), Paul Chassary adresse pour sa part une invocation à la Muse de Grabels : « Tus que dins l'Avi, la maussou,/ Sibles toujours quanta cansou ;/Que bresilhes per lòu campestre/ Desempioi l'auba jusqu'au vespre,/ Accompagnant chaca moùcel/ Dau bruch de l'aiga é dau bacèl... » « Toi qui, au bord de l'Avi, de la Mosson/ Toujours siffles quelque chanson ;/ Qui gazouilles dans la campagne/ Depuis l'aube jusqu'à la vesprée ;/ Accompagnant chaque morceau/ Du bruit de l'eau et du battoir... » (Graphie et traduction personnelles de l'auteur, Paul Chassary ; En terra galesa, Montpellier, Imprimerie centrale du Midi, 1895).

 

 



Chansons

Espace de sociabilité, la bugada constituait un moment de discussion et d'échange entre les femmes. Parallèlement aux chansons que purent interpréter les bugadièras durant ces moments de travail, nous conservons un important ensemble de chansons et poèmes rendant hommage au travail de ces femmes. Ces chansons sont à la fois des créations originales et des chansons traditionnelles, transmises et mises en musique sur des airs contemporains.

Parmi les chansons de la Grande Lande recueillies par Félix Arnaudin (Chants populaires de la Grande Lande, 1912) figure La Bugada, dont les paroles sont les suivantes (selon l'édition établie par Jacques Boisgontier et Lothaire Mabru) :

Nau qu'en làuem le bugade,/ Neuf nous lavons la lessive, (bis)

Nau/ Neuf

Nau qu'en làuem le bugade/ Neuf nous lavons la lessive

Nous que le làuem/ Nous la lavons

Nous que l'esténem/ Nous l'étendons

Su' l'erbéte/ Sur l'herbette

Menudéte/ Menue

Aném a le houn/ Allons à la fontaine,

Doundéne,/ Dondaine,

Aném a le houn,/ Allons à la fontaine,

Doundoun./ Dondon.

 

Oueyt, … (sur le principe des chansons de répétition, la chanson se poursuit en diminuant de un à chaque couplet. ).

 

Ueit...Set... Cheis..., Cinc...,/ Huit..., Sept..., Six..., Cinq...,

Quaté...,Très..., Dus..., Un./ Quatre..., Trois...., Deux..., Un.

En 1914 paraissait Lo Bugado (La Bugada en graphie normalisée) de Gustave Bessière dans ses Consous del Rouergue.

Lou Roussignòu de Magalouna, Cansous lengadoucianas (Montpellier, F.Dezeuze, ca.193.) et le Cansounier de Lengadoc édité à Montpellier en 1942, pour n'évoquer que ces deux recueils, proposent également différentes chansons à la gloire des bugadièras. Y figure notamment Las Bugadièiras de F. Jallois, mise en musique par E.Perrin, La Font de Sant Bertoumiéu (Lou roussignòu..., Montpellier, ca.193.) et La Font dau Rèi (Cansounier de Lengadoc, 1942).

Le répertoire des chansons relatives à la bugada et aux bugadièras est vaste, citons entre autres : Chanson des blanchisseuses, présentée à l'occasion de la "Fête de bienfaisance donnée au profit des Pauvres de la Commune de Grabels" (cf. Les Bugadières de Grabels, Lou Dragas, Grabels, 1996) ; Lo Buodairo/ La Bugadière, chanson de Louis Julié (1877-1847), tirée de son ouvrage Un paù de moun cur : poésies rouergates et françaises (Millau : Impr. Artières & Maury, 1937)

Muse tant populaire que littéraire, la bugada, aujourd'hui disparue dans sa forme ancienne, inspirait encore dans les années 1980 les chanteurs occitans, à l'exemple de Robert Marty, auteur de Femna, et d'Eric Fraj dans son Enfadat (ces deux chansons figurent sur le disque d'Eric Fraj L'Enfadat, paru chez Ventadorn en 1980).

 



En savoir plus :

Lou Roussignòu de Magalouna, Cansous lengadoucianas, Montpellier, F. Dezeuze, ca.193.

Cansounier de Lengadoc, Montpellier,éd. de la Mantenencia de Lengadoc, 1942.

ARNAUDIN, Félix, Chants populaires de la Grande-Lande et des régions voisines, Paris : H. Champion, impr. 1912.

FROMENT, Paul, A trabès régos : rimos d'un pitiou paysan, Villeneuve-sur-Lot, impr. B. Delbergé, 1895.

CHASSARY, Paul, En terra galesa, Montpellier : impr. Centrale du Midi, 1895.

CLAUSTRE, Joseph-Eugène, Les bugadières de Grabels, Grabels, Lou dragas,1996.

JULIÉ, Louis, Un paù de moun cur : poésies rouergates et françaises, Millau : Impr. Artières & Maury, 1937.

MISTRAL, Frédéric, Lou Tresor dóu Felibrige, Aix-en-Provence : J. Remondet-Aubin, 1886. 

Cahiers-MR.jpg
Les Cahiers Max Rouquette. - Mars 2007 - N°1
Amistats Max Rouquette. Editeur scientifique
Brun, Jean-Frédéric
Ubaud, Josiane
Forêt, Jean-Claude
Barral, Guy
Navarro, Lionel
Édités par l'association Amistats Max Rouquette, Les Cahiers Max Rouquette paraissent annuellement depuis 2007. La  revue a pour but d'apporter différents éclairages sur les multiples facettes de l'écrivain et de son œuvre.

occitan.jpg
L'occitan... une langue, une littérature, une histoire / ReDòc/LLACS
Lieutard, Hervé
Torreilles, Claire (1946-....)
Verny, Marie-Jeanne
Forêt, Jean-Claude
Gouiran, Gérard (1945-....)
Martel, Philippe (1951-....)

L'Université Ouverte des Humanités recense, coproduit (avec ses établissements partenaires) et met librement à disposition des étudiants et enseignants des ressources numériques pédagogiques.


Celle-ci a pour titre "L'occitan...Une langue, une littérature, une histoire"




L'occitan, une langue :


"L'occitan, langue millénaire, est avant tout une langue romane avant d'être la « langue régionale » que l'on connaît aujourd'hui. Elle possède un espace linguistique bien défini et des caractéristiques qui lui sont propres. Et si, face à l'institutionnalisation du français, elle s'est vue progressivement déclassée, la langue occitane n'en occupe pas moins aujourd'hui encore une place à part dans le paysage linguistique français."


L'occitan, une littérature :


"Phénomène étrange et inclassable, la  littérature occitane est ici proposée selon un parcours historique présentant les quatre grandes périodes qui distinguent  communément  la littérature d’oc : l'âge d'or médiéval (Xe – XIIe siècles), la première renaissance dite aussi « baroque » (XVIe – XVIe siècles), la deuxième renaissance du XIXe siècle avec notamment le Félibrige, la troisième renaissance (XIXe et XXIe siècles)."

 


L'occitan, une histoire :

"Il y a un espace linguistique d'oc, d'accord. Mais est-il aussi un espace d'histoire? Ce n'est pas évident au premier abord. Il ne se trouve pas en effet de territoire immédiatement identifiable sur une carte politique, historique ou géographique, portant le nom d'Occitanie, et le terme ne s'inscrit pas en dehors du milieu militant. Et pourtant, ceux qui ont parlé la langue d'oc au fil des siècles ont une histoire. C'est elle que nous vous proposons ici de découvrir."


Accès direct à la ressource pédagogique

58dde133f195c8a8afc00ad7127c7ec0.jpg
Entraînement à la Dictada - Extrait 3 - "Lo Mètge de Cucunhan" de Prosper Estieu
Estieu, Prosper

Lo mètge de Cucunhan

 


Qué cal far, mon dieu, per se ganhar la vida ! Gara aquí que ieu, Bernadon, entèrra-mòrt, garda-campèstre, campanièr, caça gosses, tot òbra en fin de Cucunhan, me vesi sul ponch de passar lèu desenterraire de ressuscitats !

 

Dotze mestièrs, tretze misèrias ! Aquò es aital. Sus la tèrra, cal que cadun tròbe l'estèc per far bolhir son ola... E n'i a de mai a plànher que ieu, a Cucunhan.

 

Pensi a aquel paure Mèstre Lapurga, nòstre paure mètge, que dempuèi dos ans qu'es aicí,a pas encara una sola practica... Qué volètz ? Aquò es pas de sa fauta. Per qué donc se passeja totjorn amb un libre a la man ? Deu pas saber, grand causa, d'abòrd qu'estúdia sens relambi. S'estúdia es per aprene; se a de besonh d'aprene, es que sap pas; se sap pas, qu'es vengut faire a Cucunhan?

 

Tanben, quand aicí i a qualque malaut, es pas el que van quèrre, anatz! Paure Mèstre Lapurga! Ganha pas l'aiga que beu. Se compren que siá las d'èsser un calelh sens òli, e s'es enfin decidit a far parlar d'el. Ièr delà, me faguèt trompetar dins totas las carrièras que se cargava, non solament de garir un malaut, mas de ressuscitar un mòrt. Òc, un mòrt, un mòrt enterrat !

 

 

Extrach tirat de : « Lo Mètge de Cucunhan » de Jan de La Roca (Prosper Estieu), Societat d'Edicion Occitana, Castelnaudary, 1926.  

dictada.jpg
Entraînement à la Dictada - Extrait 2: "La Monina e lo Palhassa", de Claude Alranq
Claude Alranq

La monina e lo palhassa

 

Un còp èra, un clown, un palhassa que disèm en cò nòstre. Èra pas un comic de la sanflorada, pasmens sabiá un pauc far rire, un pauc far paur... Ça que la, un brave palhassa al trefons de son còr !

 

Aviá una monineta. La sonava Mon Còr. Aquela èra mai que polideta, bograment intelligenta e bograment coquinassa a l'encòp. Lo palhassa l'aimava plan sa monineta.

 

Quand fasiá caud, èra Mon Còr qu'anava quèrre d'aiga ; quand fasiá fred, èra Mon Còr qu'alucava lo fuòc. Fin finala, èra pas tant aissabla qu'aquò, la Mon Còr...

Pasmens se rabalava la tissa de las tissas : cada còp que la luna èra redonda dins lo cèl, voliá montar cap a ela, a tota bomba voliá sautar sus ela, plorava, s'encapriciava, bramava qu'èra lo palhassa que la voliá pas daissar anar sus la luna.

 


Deveniá impossible e lo paure palhassa deveniá malurós, tan malurós que las gents disián :

« Qu'es triste aquel palhassa ! Pas possible, es un patiràs ! »

Lèu-lèu, lo palhassa s'encorissiá en cò de la marchanda de grimaças, monas e reganhons. Ne crompava plen sas pòchas. S'entornava dins son circus, ne cargava una sus son morre, s'escampava sus la pista, palhassava tant e mai que las gents picavan de las mans...

 


Extrach tirat de : Alranq, Claude, La monina e lo palhassa, I.E.O.-Aude, Quillan, 1996. 

sus 4