Pihet, Brunidé et deux anches simples d'une Boha retrouvée chez un antiquaire de Montfort-en-Chalosse / Conservatoire Occitan

Pihet, brunidé et deux anches simples d’une boha retrouvée chez un antiquaire de Montfort-en-Chalosse.

Photogr. COMDT (Toulouse).

Le tuyau mélodique, percé de six trous1, offre une étendue maximum d’une octave diatonique.

Les musiciens accordaient leur cornemuse en obturant plus ou moins les trous de jeu avec de la cire d’abeille. La taille importante des trous de jeu permet un jeu en doigté ouvert ou fermé.

Aujourd’hui, les boha ont davantage de possibilités (plus grande fiabilité, clétage…), ce qui permet de jouer avec d’autres instruments.

1 Certaines boha ont aujourd’hui sept trous.